spot_imgspot_img

Gabon : Les petits pas de la politique nationale de logement

L’entreprise Construction et Consulting Company (CCC) vient d’annoncer que plusieurs parcelles viabilisées devraient être prêtes dès cette fin du mois. Deux mois après les nouvelles mesures gouvernementales pour faciliter la viabilisation des terrains, cette première livraison concrétise la nouvelle politique nationale de lutte contre la crise du logement à Libreville, où le déficit est évalué à près de 160 000 habitations.

Les premiers fruits des mesures incitatives dans le secteur de l’habitat et du logement commencent à mûrir avec la livraison dès cette fin de mois des premières parcelles de terrains viabilisées dans le Nord de la capitale gabonaise, où 60 hectares sont en cours de viabilisation.

«Une bonne partie des parcelles viabilisées seront livrées d’ici fin mars 2010. Les livraisons se feront au fur et à mesure, compte tenu de l’urgence des plus hautes autorités du pays, dans leur souci de régler une bonne fois pour tout les problèmes du logement», a indiqué Samir le conducteur des travaux de Construction et Consulting Company (CCC).

«Les travaux ont démarré l’an dernier et ont dû être interrompus à cause des constructions anarchiques des populations. Nous avons repris les travaux au mois de février dernier, grâce aux instructions du ministre de l’Habitat. Nous avons été contraints de choisir un autre site et de reprendre les études, sinon, toutes les dispositions sont prises pour tenir notre parole», a-t-il poursuivi.

La CCC a également indiqué que le projet comprenait la construction de deux grandes voies de communication et de trois voies secondaires dont le profilage rapide, la remise en forme et le rechargement sont en cours de réalisation.

Lors du Conseil des ministres du 7 janvier, le gouvernement avait décidé un ensemble de mesures visant à mettre un terme aux complaisances foncières et aux problèmes d’occupation anarchique des terrains. Ces mesures prévoyaient également l’accélération de la viabilisation des terrains dans la capitale gabonaise où la construction de plusieurs logements sociaux est prévue pour combler un déficit évalué à près de 160 000 logements.

Libreville souffre de l’absence d’un plan de développement urbain cohérent et durable, mais de nombreuses parcelles attribuées par l’Etat à des particuliers et des promoteurs immobiliers sont toujours aujourd’hui en friche, ou illégalement occupées.

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,877FansLike
132FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES