spot_imgspot_img

Gabon : Libreville temporise l’appel d’offres pour 42 blocs pétroliers

Initialement prévu pour le 5 mais prochain, le lancement de l’appel d’offres pour 42 blocs libres d’exploration en eaux profondes du bassin sédimentaire pétrolier a été reporté de quelques mois, face à l’engouement manifesté par les majors du secteur.

Quelques mois supplémentaires ont été accordés aux compagnies pétrolières internationales, notamment les majors, pour préparer leurs dossiers de souscription pour l’appel d’offres sur les 42 blocs d’exploration en eaux profondes et très profondes du bassin sédimentaire pétrolier gabonais.

D’abord annoncé pour le 5 mai prochain, le lancement de cette opération a dû être reporté en raison de l’engouement manifesté par de nombreux groupes pétroliers internationaux.

«Nous avons reçu des instructions du gouvernement pour que l’on ajoute les deux nouvelles places boursières de Calgary, au Canada, qui est une place importante en termes de mine et de pétrole, et Londres, qui est la première place financière européenne», a expliqué le ministre gabonais des Mines, Julien Nkoghe Bekalé.

«Il y a eu un intérêt tellement croissant que la date du 5 mai paraissait trop juste. Il fallait donc donner un délai supplémentaire aux entreprises afin de préparer leurs dossiers. Nous allons donc sillonner le monde pour rencontrer le maximum d’opérateurs. C’est la raison pour laquelle nous avons jugé utile de reporter cette mise aux enchères à une date ultérieure», a-t-il poursuivi.

Il s’agit du 10e appel d’offres lancé par l’Etat gabonais pour la cession de blocs d’exploration pétrolière, qui sont censés relancer la production nationale en baisse régulière depuis le pic de 1997.

«Nos espoirs sont fondés sur le fait que les spécialistes ont montré des analogies géologiques établies entre le bassin du sud du Gabon et les bassins du Brésil où sont réalisées la majeure partie des grandes découvertes en eaux profondes», a ajouté le ministre Nkoghe Bekalé.

La filiale gabonaise de la société italienne d’exploration pétrolière ENI-Gabon avait annoncé le 16 février dernier une enveloppe de 4,68 milliards de francs CFA pour développer les techniques d’exploration technologiquement très avancées, qui doivent notamment permettre d’atteindre les réservoirs situés sous les couches tectoniques de sel en eaux profondes.

Le lancement de ces appels d’offre pourrait par ailleurs être l’un des premiers tests de Société nationale pétrolière Gabon Oil Company (GOC), chargée d’améliorer le recouvrement des recettes du secteur pétrolier.

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,877FansLike
132FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES