spot_imgspot_img

Gabon : Les législatives et sénatoriales partielles fixées au 6 juin

La Commission électorale nationale autonome et permanente (CENAP) s’est réunie le 2 janvier à Libreville où elle a dévoilé le calendrier des élections législatives et sénatoriales partielles qui doivent se tenir le 6 juin prochain.

Après plusieurs mois d’attente la date des élections partielles est enfin connue. Elles auront lieu le 6 juin prochain selon le calendrier de la Commission électorale nationale autonome et permanente (CENAP), à l’issue de sa plénière du le 2 janvier à Libreville.

Ce scrutin concerne notamment les sièges des anciens élus du Pati démocratique gabonais (PDG, au pouvoir) qui ont été exclus pour s’être présenté contre le candidat du parti, Ali Bongo, lors de la présidentielle du 30 août 2009.

Il s’agit notamment du 1er siège du deuxième arrondissement de Libreville, du premier siège du département du Komo-Mondah à Ntoum, du premier siège du département de Mulundu à Lastourville, du deuxième siège du département de Bendjè à Port-Gentil et du premier siège du département du Haut-Komo à Médouneu. Concernant les sénatoriales, ce sont les sièges de la commune de Lastourville et du département du Ntem à Bitam.

Ces sièges, notamment en ce qui concerne l’Assemblée nationale, étaient respectivement occupés par Jean Eyeghe Ndong, Casimir Oyé Mba, Paulette Missambo, Honorine Dossou Naki et André Mba Obam. Il convient de préciser que Honorine Dossou Naki n’a pas été exclu du PDG mais ses nouvelles fonctions sont incompatibles avec le statut de député.

Selon le calendrier établit par la CENAP, le dépôt des déclarations de candidatures auprès des commissions électorales locales se fera du 19 au 28 avril. La campagne électorale débutera le 23 mai à minuit et s’achèvera le 5 juin à minuit. Le scrutin proprement dit se tiendra le 6 juin.

Fortement fragilisé au sortir de la dernière présidentielle, le PDG aura à cœur de reconquérir ces sièges pour prouver qu’il demeure toujours cette «machine à gagner les élections».

Pour leur survie politique, la majorité des anciens élus de ces circonscriptions aujourd’hui dans l’opposition, notamment à l’Union nationale (UN) de Zacharie Myboto, vont sans doute mettre tout œuvre pour garder leurs fiefs acquis sous la bannière de leur ancien parti. Dans tous les cas, c’est vraisemblablement une bataille UN-PDG qui se profile à l’horizon et elle sera rude.

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,877FansLike
132FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES