spot_imgspot_img

Du Pathétisme des propos d’Ali Bongo dans le Figaro: Pauvre Gabon…

Les réponses et les arguments donnés par Ali Bongo dans le Figaro prouvent à quel point cet homme est à côté des vraies responsabilités que doit avoir un dirigeant digne d’un état souffrant comme le Gabon. Son défunt père l’a aussi été durant 42 ans. Ce n’est donc pas surprenant !

Les trois points qui nous ont interpelé sont les suivants :

1- Au sujet de ses relations avec Sarkozy, remarquons que c’est lui qui sollicite souvent Sarkozy mais pas l’inverse. Quel avis peut-il bien attendre de Sarkozy qui a lui-même du mal à réussir son mandat en France ?

Son père avait toujours demandé l’avis des autres chefs d’Etat français sans que cela n’améliore les institutions gabonaises ni la vie des gabonais.

Lui qui prétend vouloir affranchir le Gabon à un statut de pays émergent continue avec les mêmes recettes improductives que celles de son défunt père incompétent.

Cette attitude n’est qu’une vieille tradition qui caractérise l’infantilisme de certains chefs d’Etats africains et leur besoin de recourir à la caution mentale de la France. Le sempiternel rituel de ’esclave qui ne peut rien sans son maître, fut-il du même âge que lui comme il le dit lui-même.

2- Il prétend s’éloigner de l’avocat R. Bourgi après que ce dernier lui ait fait gagner frauduleusement les élections de septembre 2009 avec comme clef de voute une loi électorale typique des républiques bananières.

Ali Bongo se fout vraiment des gabonais et des français qui aiment le Gabon.

Si R. Bourgi symbolise la France – Afrique et que Ali Bongo veuille s’en séparer, est-ce vraiment cette mascarade qui fera croire aux gabonais et aux français qui aiment le Gabon que Ali Bongo s’est purifié du satanisme que lui a inculqué son défunt père incompétent pour diriger le Gabon ?

Nous savons tous que, s’éloigner en apparence de R. Bourgi c’est continuer avec la France – Afrique sous une forme encore plus cynique que celle qui a toujours existé : Chou vert et vert chou comme disent les belges !

3- Au sujet de l’achat de l’hôtel particulier à Paris, Ali Bongo évoque un double besoin pour le Gabon (investissement et hébergement des responsables gabonais en France).

Non seulement il se fourvoie sur le prix d’achat de l’immeuble d’autant plus qu’il affirme par la suite que le montant de l’achat ne regarde que les gabonais, mais il patauge dans son propre caca en donnant des arguments auxquels il est le seul à croire.

Il souligne les besoins des gabonais, mais de quel gabonais parle-t-il ?

A-t-il d’abord consulté les gabonais avant de prendre cette décision d’acheter ?

Et si c’est le cas, il l’aurait fait par quelle voie ? la voie parlementaire, conjugale ou familiale ?

Si cet homme, Ali Bongo, sait vraiment de quoi il parle et s’il est sincère avec lui-même, pourra-t-on obtenir les causes en amont et en aval de cette décision d’achat ?

Pourquoi investir dans un tel gouffre quand on sait que de nombreux acheteurs potentiels (mieux nantis que le Gabon) ont décliné cette opération pour des raisons entre autres du prix de vente si ce n’est de non rentabilité ?

Cet investissement (à plus de 100 millions d’€) comme il le prétend, était-il prioritaire devant les besoins réels et actuels des gabonais (Hôpitaux –  Médicaments, Education – Formation, Réformes de l’Etat – Valeurs du travail  ….) ?

Qu’est-ce que Ali Bongo entend par économiser sur « les séjours des responsables gabonais » ?

Les séjours de cette catégorie « nébuleuse » de gabonais seront motivés par quels types de missions ? :

Des missions Privées, Sentimentales, Familiales, Amoureuses, Vacances, Politiques, France – Africaines ou de basses besognes ?

Le Gabon a-t-il autant de « responsables » pour en arriver à acheter un hôtel particulier pour les héberger durant leurs séjours ?

Combien de séjours auront-ils à faire par semaine, mois, an ?

Quelles seront les durées de ces différents séjours pour justifier d’un tel choix ?

Economiser sur les séjours des « responsables gabonais » !

Une ineptie typique aux Bongo Ondimba qui président le Gabon depuis 43 ans. Le crétinisme ne lui a pas logiquement permis de se poser des questions basiques du genre :

– La France est-elle le seul pays et Paris la seule ville dans le monde où « les responsables gabonais » ont des missions à faire et des séjours à passer  

– Ali Bongo Ondimba, fera-t-il le même « investissement » en hôtel particulier dans tous les autres pays où les « responsables gabonais » sont censés séjourner ?

Ali Bongo Ondimba nous dira certainement qu’il faut toujours un début à tout, n’est-ce pas !

Mais ce qu’il oublie c’est que, dans nombres de pays et de villes en Europe et dans le reste du monde, le Gabon détient déjà d’importants biens immobiliers qui pourraient, en effet, servir à héberger les fameux « responsables gabonais » lors de leurs « missions » vides de résultats, sauf que ce patrimoine est malheureusement confisqué au profit de la seule famille Bongo Ondimba.

C’est cela la vérité !

Nous pouvons vous affirmer dans cette présente et brève analyse que, non seulement les missions qui motiveront les séjours de ces soi-disant « responsables gabonais » seront sans intérêt pour les gabonais, mais aussi que 9 fois sur 10 la famille Ondimba et leurs collabos seront les principaux locataires (ou occupants) de cette somptueuse bâtisse du 7ème arrondissement Parisien.

Les quelques surfaces (appartements, bureaux et autres) qui seront probablement mises en locations serviront certainement de rentes aux mêmes « voyous de la république » gabonaise.

C’est une nouvelle voie de blanchiment des détournements de l’argent du trésor public du Gabon.

Ali dit qu’il échange souvent avec Sarkozy et lui demande souvent son avis, soit !

Veut-il peut-être nous dire que c’est Sarkozy qui l’aurait encouragé à faire cet « investissement » dans le 7ème arrondissement parisien ?

Au fait, la France qui est une grande puissance à tous points de vue, s’est-elle aussi octroyée des hôtels particuliers dans d’autres pays Européens, ou ………………Africains ?

La France qui est une grande puissance, elle dispose de combien d’immeubles au Gabon pour héberger les séjours des responsables français ……..?

A qui et à combien les a-t-elle achetés ?

Ayant été élevé dans une logique de normalisation récurrente des déviances, cet homme, Ali, est vraiment le fils de son père Omar Bongo. Le prochain épisode des BMA lui sera consacré.

Ils ont juré et font du Gabon le résultat de leurs limites intellectuelles et de leur incompétence notoire et sans précédent dans ce pays.

Rappelons à Ali Bongo que le titre d’une fonction, fut-elle d’homme d’Etat ou de Président de la république, n’est pas synonyme d’être responsable.

Faudrait il encore que le pinpin qui l’occupe fasse suivre à ce titre ou à cette fonction la compétence et la respectabilité qui lui sont de devoir, hélas !

Le Gabon sous les Bongo Ondimba, Quel gâchis

A suivre.

Dr. Bruno Ella Nguema (Tsir’ Ella)
Porte-Parole, BDP-Gabon Nouveau (Bongo Doit Partir, https://www.bdpgabon.org)

Exprimez-vous!

  1. monsieur boula mbata ou patate (c’est même mieux)

    ceux qui menquent vraiment de sérieux c’est toi et ton tricheur de président. vous avez des points communs. sauf que lui c’est un doungourou.

    toi tu transforme le mensonge en vérité en disant que bdp n’a pas pu payer la caution alors qu’on peut vérifier auprès du trésor public gabonais l’acquittement de la somme demandé à bdp de mangara. moi-même je l’ai fait avant d’insulter mangara. mais quand j’avais la preuve qu’il avait payé la caution mais que c’est la magouille de doungourou qui l’avait éliminé, j’ai continué a croire a mangara.
    ton tricheur de président lui aussi a transformé sa défaite en victoire. même pas 10%, et c’est devenu la victoire. TCHOUOOOOH !
    espèces de bandits, va !
    toi comme lui bande de patates et voriens.

  2. Quand on est incapable de payer une caution afin de participer à une élection, cela démontre du manque de sérieux et d’ambition réel. On devrait donc se taire et non continuer à faire dans la critique stérile.

  3. Unir l’opposition des pays africains pour dénoncer les dérivent de l’état français envers nos pays. Seule une union des opposants africain des pays francophone pourra gagné le combat de notre indépendance économique face a la france et son réseau de mafia qui est la franceafrique.
    Ecrire à tout les chef d’état des pays de l’union Européenne et leurs dires le rôle de la France dans la démocratie de ces pays le Congo le Gabon Le Togo, Madagascar …etc.
    Car si ce n’est les Bongo se sera quelqu’un d’autre choisi par la france pour servire la france afrique.

  4. Hoooooooooooooooooooooooooh !
    Ça existe encore des bêtas qui croient encore à ces voyous du pouvoir made in bongoland ?

    Tchoouuuuoh ! Mbouk mame ! a niambièh !

    Pardon missié le prince, ti dis koi au doctère ?
    K’il fait des propochichions encore ?
    Toujours des propochichions, propochichions, propochichions, propochichions !
    Le père du petit doungourou a même mouru hier en mai 2009 sans que nous voir la réjulta de tes propochichions. Dipuis mil y nueve cientos sesenta y siete, akah ! Rien

    Plus bessoin des propochichions, nous bessoin que petit Doungourou se mette à 4 pattes et tu lui donne un coup du pieds au ……….. Aïe !

  5. Messieur le Prince ……….des ténèbres,
    Toi aussi, que veux-tu que l’on propose encore à ces imbéciles qui n’ont aucune notion des valeurs fondamentales d’un état de droit ?
    Le petit ou plutôt le grand Tsir’Ela et ses collaborateurs du BDP nous ont déjà et ne cessent de nous démontrer que le Gabon n’a plus besoin d’autres propositions que celle de dire « oust » aux Bongo Omdinba, et les choses iront bien, pourquoi :
    – Parce que, après 42 de son père et malgré tout ce que des brillants gabonais des années 70, 80, 90 lui ont proposé, il n’a pas été capable de le mettre en pratique. Il s’est contenté de s’enrichir avec sa famille.
    – Parce que, à beau montrer le pétrole, l’or, le diamant, le bois aux idiots, ils n’en feront jamais rien de bien pour leur communauté. Juste pour leurs ventres. Il suffit de les regarder pour comprendre.

    Monsieur le Prince de Bongoville, que veux-tu que ses braves et courageux garçons du BDP proposent encore à qui ? Aux mêmes bandits qui nous roulent depuis au temps de De Gaulle ?

    Toi aussi !

    Un adage ne dit-il pas que « un âne reste un âne », donc « un Ali reste le fils d’un Omar » ou encore « un bongo reste un bongo ».

    A bientôt mon Princesse.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,877FansLike
129FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES