spot_imgspot_img

Les ministres africains de l’environnement en conclave à Libreville

Une conférence des ministres africains de l’environnement s’est ouverte, lundi à Libreville, pour arrêter une position commune à défendre par l’Afrique, lors de la 10ème réunion de la Conférence des parties de la Convention sur la diversité biologique (COP 10) prévu 18 au 29 octobre prochain à Nagoya, au Japon. Axée sur le thème «Biodiversité et lutte contre la pauvreté: quelles opportunités pour l’Afrique», la rencontre de six jours (12-17 septembre) a été précédée dimanche par la réunion des experts chargés de préparer les dossiers de la conférence ministérielle qui doit également fixer la position commune à adopter par le contient africain dans la gestion de la diversité biologique, lors de l’assemblée générale des Nations unies qui se tiendra à New York (Etats-Unis) du 20 au 22 septembre prochain.

Comment faire pour que l’Afrique puisse profiter de ses efforts en matière de préservation de la diversité biologique? C’est à cette question, entre autres, que vont tenter de répondre les ministres africains de l’environnement réunis dans la capitale gabonaise. D’où l’importance d’avoir sur les questions de conservation et de réchauffement climatique une «vision panafricaine», débarrassée de tout relent nationaliste, indique-t-on de source proche de la conférence. Pour les Africains, l’objectif consiste à se choisir un «avocat», le meilleur possible, pour défendre la cause écologique du continent, en dehors de toute considération de leadership économique ou politique, ajoute-t-on de même source, soulignant que la gestion de la biodiversité est un atout majeur pour l’Afrique dans sa lutte contre la précarité et la pauvreté.

Le bassin du Congo situé en Afrique central est le refuge d’un massif forestier que l’on considère comme le deuxième poumon écologique de la planète, après l’Amazonie en Amérique du sud. Pour les participants à la conférence de Libreville, il s’agit «d’explorer toutes les pistes et de tirer profit de tout ce que peut offrir la biodiversité en Afrique», a expliqué le ministre gabonais en charge de l’environnement, M. Rufin Pacôme Ondzounga, au cours d’une conférence de presse en prélude à la rencontre de six jours. Etant entendu que la biodiversité ne se limite pas seulement à la faune et à la flore mais à l’ensemble des espèces vivantes dont l’homme, a indiqué M. Ondzounga, ajoutant que c’est pour cette raison la conférence se penchera aussi sur la gestion des déchets et la préservation du mode de vie en zone rurale

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,877FansLike
130FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES