spot_imgspot_img

Renforcement des capacités en adduction d’eau dans les quartiers Sud de Franceville

L’entreprise GBEA procède depuis plus d’un mois à la pose des tubulures en vue de renforcer la capacité de transport d’eau dans la zone de Yéné, un quartier sud de la ville de Franceville, chef-lieu de la province du Haut-Ogooué (sud-est), a constaté lundi l’AGP.

« Notre travail consiste en la pose d’une conduite de 160 mm depuis le château du quartier Maba jusqu’aux quartiers Sud. Il vient en appoint à celui de 110 mm qui n’arrive plus à ravitailler correctement les populations des quartiers environnant », a expliqué Marc Ndong, chef de chantier de GBEA.

La construction du stade, celle de la nouvelle prison centrale de Franceville et l’extension de la commune dans cette partie, mais aussi la forte demande dans les cités de la SNI et de la SETRAG ont commandé les travaux de renforcement des capacité d’adduction en eau potable de cette zone qui enregistre déjà de fortes demandes, contrairement à ce qu’il en était il y a quelques années.

Le Chef d’agence de la Société d’énergie et d’eaux du Gabon/Franceville, Patrick Essone a confirmé les propos de Marc Ndong. Selon lui, les populations des quartiers sus cités enregistraient depuis quelques temps de faibles débits d’eau. Pour les satisfaire, la SEEG a entrepris, à travers une entreprise adjudicataire, les travaux de la pose d’une nouvelle canalisation renforcée pour augmenter la capacité de desserte.

« Dans un délai relativement court, la SEEG sera en mesure d’envoyer à Yéné et les autres quartiers Sud la quantité d’eau nécessaire qui leur permettra de s’alimenter à toutes les heures, sans interruption et quelle que soit la distance où ils se trouvent », a indiqué M. Essone.

Cependant, le soumissionnaire dit être retardé dans sa mission par le peu d’empressement de certaines administrations à répondre aux sollicitations chaque fois qu’elles sont sollicitées pour donner leur accord sur des interventions qui relèvent de leurs compétences. Il s’agit notamment de la SEEG-même, de la mairie et des TP.

Pour poser la tuyauterie, il faut, soit débitumer une partie de la chaussée soit traverser des câbles électriques souterrains. Pour éviter des désagréments à d’autres usagers, des autorisations sont demandées aux administrations responsables de chaque domaine visé. Mais leur réaction est emprunte de lourdeur.

Cette attitude pourrait avoir pour conséquence une livraison tardive du chantier et, en conséquence la surévaluation des coûts des travaux.

Du côté de GBEA on craint d’aller au-delà des délais. « Généralement, quand les contrats ne sont pas respectés, on paie des amendes », affirme Marc Ndong.

Pour le responsable local de la SEEG, pour les handicaps qui semblent causer du retard, il ne devrait se poser aucun problème car son entreprise qui leur donné le marché et elle s emploiera à trouver des solutions pour que les délais d’exécution des travaux soient respectés.

Les populations de Yéné et des environs peuvent donc se frotter les mains et préparer des gros récipients pour recueillir le précieux liquide dans environ six semaines lorsque les vannes seront ouvertes à flots.

Juste après, les travaux de renforcement des capacités seront exécutés dans les quartiers Mingara, Petit Paris et certainement Mbaya, toujours dans le 4e arrondissement, indique-t-on.

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,877FansLike
129FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES