spot_imgspot_img

Des gouvernements n’ont pas pris au sérieux la menace du VIH (MAGAZINE)

Les experts craignent que les gouvernements africains ne prennent pas suffisamment au sérieux la menace du VIH en ne consacrant pas assez de leurs ressources aux efforts de la prévention de la transmission de la mère à l’enfant (PTME), rapporte, ce jeudi, l’agence Inter Press Service(IPS), relayée par GABONEWS.

Pour Graca Machel, présidente du Conseil de la campagne pour mettre fin au SIDA pédiatrique (CEPA), la lutte pour freiner la propagation de la maladie est une question d’inégalité.

« Un enfant né dans un pays développé a toutes les chances d’avoir une vie pleine, saine et longue », a déclaré Machel au cours d’une conférence de presse de la CEPA , le 10 septembre. « En Afrique et en Asie, ils ont beaucoup moins de chance ».

ABSENCE DE PROGRES SUR LA DECLARATION D’ABUJA

Machel et d’autres membres du Conseil d’Afrique orientale de la CEPA ont parlé du défi de la lutte contre la propagation du SIDA pédiatrique sur le continent, qui compte 90% de la population mondiale des enfants nés avec le VIH.

Bien que le financement demeure une question clé en termes de lutte contre le sida pédiatrique, les experts étaient préoccupés par l’absence de progrès sur la Déclaration d’Abuja, un accord signé par les nations membres de l’Union africaine(UA) pour consacrer au moins 15 pour cent de leurs budgets à l’amélioration de leurs systèmes de santé.

Jusque-là, seulement six pays africains ont répondu à cet engagement, selon la CEPA.

Mais tandis que des pays de l’Union africaine n’ont pas été à la hauteur de leur engagement, a dit Machel, les questions relatives à l’arrêt de la propagation de la maladie sont systémiques.

« Je pense que nous devons redéfinir les priorités », a déclaré Machel. « Nous avons besoin de résoudre le problème du système de santé ».

Avertino Barreto, membre du Conseil de la CEPA, et actuel vice-directeur national pour la santé au Mozambique, a affirmé que bien que son gouvernement ait adopté un programme de distribution d’antirétroviraux utilisés dans la PTME pour sa population, la chaîne d’approvisionnement sous-développée du pays a été incapable d’amener les médicaments aux personnes qui en ont besoin.

« Le Mozambique dispose d’une mauvaise gestion de la chaîne d’approvisionnement, et notre allocation budgétaire pour la santé est loin de 15 % « , a déclaré Barreto. « Il n’est pas nécessaire pour tous ceux qui prennent des médicaments d’être obligés de parcourir une longue distance ».

On doit rappeler aux nations économes que la lutte contre le SIDA permettra d’économiser de l’argent à long terme, a dit Peter Mugyenyi, un spécialiste du VIH/SIDA et membre du Conseil de la CEPA.

« [La prévention du VIH/SIDA] n’est pas un programme qui consomme de l’argent », a indiqué Mugyenyi. « Il permet d’économiser d’importantes sommes d’argent ».

Avec seulement cinq années qui restent pour atteindre les Objectifs du millénaire pour le développement, Machel a déclaré que les progrès au cours des dix dernières années avaient été modestes, mais que cela n’était pas une raison pour faire marche arrière.

« Nous ne pouvons pas promettre de faire cela et cinq ans après dire que nous ne l’avons pas fait », a affirmé Machel.

ROLE DES COMMUNAUTES

Face au système de soins de santé inadéquats dans beaucoup de pays africains, Dorothy Mbori-Ngacha, conseillère régionale de l’UNICEF sur la prévention de la transmission de la mère à l’enfant pour l’Afrique orientale et australe, a déclaré qu’il était important pour les communautés locales de jouer un rôle dans la promotion de l’utilisation des médicaments.

« Nous avons besoin de nous associer avec les mères, les pères et la communauté dans son ensemble », a confié Mbori-Ngacha. « Quand un système de santé est inefficace, la communauté est cruciale ».

L’autre obstacle au fait d’amener les femmes enceintes à prendre les antirétroviraux est la stigmatisation, a indiqué Mugyenyi. L’éducation et la communauté sont importantes pour mettre fin à la stigmatisation du VIH/SIDA, a-t-il déclaré. Selon lui, la crise est que l’un des plus grands moteurs de la stigmatisation est la peur de la mort. « Quand les gens savent que le taux de mortalité peut être réduit, cela diminue la stigmatisation », a expliqué Mugyenyi.

« Nous savons maintenant ce qu’il faut faire pour mettre fin au SIDA pédiatrique », a affirmé Mbori-Ngacha. « Nous exigeons qu’en dehors du fait de voir les communautés, nous soutenions la société civile de peur d’échouer inévitablement ».

Il y avait des raisons d’être optimiste, a indiqué Mugyenyi: pour la première fois dans l’histoire, les progrès récents de la médecine préventive font qu’il est possible qu’une nouvelle génération soit à l’abri du VIH/SIDA.

« Il n’y avait aucune possibilité d’avoir une génération sans le SIDA dans le passé », a dit Mugyenyi. « Maintenant, c’est ici ».

SOURCE : IPS

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,877FansLike
129FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES