spot_imgspot_img

Gabon : Les Biafreries d’Ali : Après le FMI, c’est la BAD qui dit à son tour au Bongo : « Momoh ! Tu as toujours zéro sur 20 » (Dr. Daniel Mengara)

Dans le même temps où le FMI, il y a une semaine, fustigeait les biafreries d’Ali dans la gestion des finances et dépenses publiques, la BAD n’est pas restée en reste. Elle a aussi dit au Bongo, le 7 septembre dernier, « Momoh! Tu as toujours zéro sur 20 ».

La bouderie de la BAD exprimée sur PANA faisait suite à la sortie musclée, le même 7 septembre, du FMI qui, selon GabonEco, avait ainsi résumé la situation d’émergence ratée au Gabon:

« Malgré l’importance des recettes pétrolières, le Gabon est [1] confronté à de sérieuses contraintes de trésorerie et de [2] nombreux arriérés de paiement se sont accumulés. Les principales causes identifiées sont les suivantes : un [3] budget irréaliste soumis notamment à la volatilité des prix du pétrole, [4] l’absence de maîtrise de la masse salariale et de l’emploi public, un [5] manque de discipline budgétaire avec de [6] nombreux dépassements de crédits, une certaine [7] confusion entre opérations budgétaires et opérations de trésorerie, [8] l’absence de régulation des dépenses au niveau de l’engagement, et [9] d’importantes carences dans l’enchaînement des exercices avec une [10] clôture et un démarrage tardifs de l’année budgétaire, une [11] budgétisation et un suivi déficients des engagements pluriannuels et [12] l’absence de reports ».

On apprend ainsi de PANA que « La Banque africaine de développement (BAD) n’est pas totalement satisfaite de la manière dont ses projets sont exécutés au Gabon et l’a fait savoir au gouvernement de ce pays à l’issue d’une revue de ses opérations (…) Son représentant-résident au Gabon, Boubacar Sidibé Traoré, a attiré lundi l’attention du gouvernement gabonais sur les dysfonctionnements observés dans l’exécution des projets financés par la BAD. »

Monsieur Sidibé Traoré reproche spécifiquement au Bongo « les longs délais observés dans la ratification et la satisfaction des conditions de mise en oeuvre des projets, ainsi que le non respect des procédures comptables et financières de la banque », et notamment « tous les problèmes de fond rencontrés ou qui continuent d’entraver la bonne exécution des sept projets de la BAD au Gabon dont le montant avoisine 275 milliards de francs CFA ».

Monsieur Sidibé Traoré a même menacé de  « sanctions ou autres suspensions de décaissements » tous les membres du gouvernement gabonais dont les ministères gèrent un ou plusieurs projets ou études de la BAD et trouve pathétique, selon PANA, la sélection des entreprises qui exécutent les projets « sans aucune garantie bancaire pour l’exécution des marchés publics, causant souvent des retards tragiques ».

Et toc! Même la petite BAD, qui a quand même décaissé 275 milliards de CFA pour aider l’émergence à émerger, a quand-même elle aussi osé dire au Bongo que « non, là, c’est non, mmmmh-mmmmh, Momoh, c’est trop. Ah là non, arrête maintenant tes biafreries, Ali. Je n’écoute plus tes affabulations. Tiens, voilà ton zéro sur 20. Maintenant, va avec tes curly-curly couverts de graisse te mettre à genoux dans ton coin là-bas. Cela t’apprendra à émerger. »

Alors, si c’est pas une taloche sur la tête de Michael Jackson raté du Biafre, ça, qu’on m’enlève mon nom.

Dr. Daniel Mengara
Président, Bongo Doit Partir

P.O. Box 3216 TCB
West Orange, NJ 07052, USA
Tél./Fax: 973-447-9763

Exprimez-vous!

  1. Bonjour M. Mengara,

    Je voulais juste vous dire que je continue de suivre votre activité politique depuis plusieurs années. J’ai eu l’occasion d’échanger avec vous à Rennes lorsque vous aviez fait une tournée en France.

    J’adhère totalement à votre discours sur les problèmes du Gabon et les remèdes démocratiques que vous préconisez pour le Gabon et les Gabonais. Quel Homme, un temps soit peu sensé, ne vous suivrait pas!

    Toutefois, depuis que je suis votre discours, il y a quelque chose que je trouvais normal il y a 4 à 5 ans avec laquelle j’ai de plus en plus de mal. Probablement que l’âge aidant, je m’assagi. Cette chose est l’injure systématique. La dernière en date est notamment celle faisant référence au fait que Ali Bongo ait des origines biafraises. Je pense que ce type de référence décrédibilisent votre propos, encore une fois, que je partage.

    Je vous souhaite beaucoup de courage, en espérant que vous ne trahirez pas ceux qui croient en votre discours.

    Excellente journée.

    Judicaël

    • Cher ami Mounguengui, je me souviens parfaitement de vous.
      Sur le problème que vous soulevez, je vous mettrais au défi de trouver un seul endroit dans mes écrits ou mes paroles où je dis qu’Ali Bongo est biafrais. Si vous trouvez un tel passage, j’abandonne la politique. Par contre, je suis un littéraire et écrivain qui joue beaucoup avec les mots, et il faut avoir un sens aigu de l’ironie pour savoir comment j’utilise mes mots. Les gens à la lecture superficielle verront des insultes dans mes propos. Ceux qui savent lire comprennent ce que je veux dire.
      La question n’est donc pas à poser à Daniel Mengara mais à vous-même. Quel genre de lecteur êtes-vous? Celui qui s’arrête à la surface des mots où celui qui va au fond des mots?
      Par ailleurs, je puis me permettre ces libertés parce que je me sens libre de tout soucis politicien. Je ne suis pas un homme politique, mais un activiste. Je laisse la langue de bois et les faux semblants à ceux qui excelent dans ce jeux.

      Dr. Mengara

  2. au Gabon…il faut un coup d’État avant 2016… si non on passera tous en mode MONARCHIE…………………………..mais qui osera?

  3. Et moi je dis à l’opposition gabonaise « Bla, bla, bla ».

    Nous souffrons et nous voulons des hommes forts pas de bons parleurs petits faiseurs.

    A l’instar du Togo, quelque chose doit s’operer au Gabon.

    Mon Gabon ehhh!!!! Sniff.

  4. C’est triste certes mais à preuve du contraire il est le prési du Gabon et ce depuis déjà près d’un an, n’est-ce pas?

    Et que fait on du coté opposition, on crie au loup, on critique par ci, on insulte par la. Et qui a dit que trop parler faisait avancer les choses monsieur le candidat à la présidence 2009?

    Vous savez monsieur Mengara, malgre tout le respect que je vous voue, je commence à donner plus de crédit à celui qui ose, qui s’acharne malgrè ses biafréries qu’à celui qui n’ose point (le statu quo actuel est la resultant d’un probleme de mandque de strategies fructueuses et du lassisme de nos soient disant opposants).

    Vous dormez ou quoi? Le pays sombre de jour en jour. Le Gabon est humilié à cause de l’amateurisme de son exécutif actuel et qu’est-ce que l’opposition nous sert? de la grone, c’est tout.

    Ah « peur » quand tu nous tiens?!?

    Les analyses c’est bien mais le concrêt, le changement réel initié par un vrai héros national c’est mieux.

    Voici ce qui me brule les levres en ce moment – qui sera notre héros national et quand? Sniff.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,877FansLike
129FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES