spot_imgspot_img

Création d’une société pour gérer la 2ème ligne ferroviaire en projet au Gabon

Le gouvernement gabonais a adopté, jeudi à Libreville, un projet de décret portant création et organisation de la Société du chemin de fer de Mayumba (SCFM), la 2ème ligne ferroviaire attendue dans le pays, après le Transgabonais.

Alors que le Transgabonais, construit de 1973 à 1986 par l’Etat gabonais via l’Office du chemin de fer du Transgabonais (OCTRA), relie Owendo, dans le sud de Libreville, la capitale, à Franceville, chef-lieu de la province du Haut-Ogooué, dans le sud-est du pays, la 2ème ligne ferroviaire va relier Mayumba, ville côtière au sud de Tchibanga, chef-lieu de la province de la Nyanga, à Mbigou, une localité de moindre importance située dans la même province.

L’Etat gabonais a cédé la gestion du Transgabonais à la Société d’exploitation du Transgabonais (SETRAG), à la suite d’un contrat de concession.

En revanche, la SCFM est une entreprise d’Etat placée sous la tutelle technique du ministère de l’économie et comprenant un conseil d’administration et une direction générale.

Selon le communiqué final ayant sanctionné les travaux du conseil des ministres réuni, jeudi à Libreville, autour du président Ali Bongo Ondimba, la SCFM aura notamment pour missions de construire, exploiter entretenir et maintenir les équipements de la ligne de chemin de fer allant de Mayumba à Mbigou.

Lors d’une conférence de presse tenue à l’issue du conseil des ministres délocalisé qui s’est déroulé à Tchibanga le 27 janvier dernier, le président Ali Bongo Ondimba avait annoncé la construction d’importantes infrastructures à Mayumba, dont un port et un chemin de fer, destinés à évacuer les nombreuses ressources naturelles dont regorge la province.

Les plus importantes sont le pétrole, exploité dans la zone de Mayumba par les sociétés Perenco, Maurel&Prom et Vaalco, le fer de Dourekiki, le marbre de Doussiégoussou longtemps exploité par les Yougoslaves.

Recouverte par une immense forêt aux essences prisées telles que l’Okoumé, le Moabi, le Bilinga, le Padouk, la Nyanga est également riche en ressources halieutiques et fauniques.

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,851FansLike
130FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES