spot_imgspot_img

A l’approche de la CAN 2012, Libreville a entamé son opération « ville propre »

Les rues et avenues de Libreville, la capitale gabonaise, font peau neuve grâce aux agents d’assainissement qui les nettoient en coupant herbes, curant les caniveaux et en abattant même les chiens errants pour faire place nette à la propreté pour la prochaine Coupe d’Afrique des Nations (CAN) que le Gabon va conjointement organiser avec la Guinée Equatoriale.

Pour cette opération qui devrait s’étaler sur trois mois, l’Etat gabonais a débloqué une enveloppe de 800 millions de francs CFA dans le cadre d’un plan d’urgence de lutte contre l’insalubrité, entamé depuis février dernier.

Selon l’Agence Gabonaise de presse, 492 millions de francs CFA ont déjà été débloqués et les entreprises et ONG adjudicataires sont à pied d’œuvre pour l’embellissement du front de mer, la vitrine de Libreville, ainsi que certains quartiers de la cité.

« Libreville est trop sale », avait déclaré le chef de l’Etat Ali Bongo Ondimba lors d’une de ses descentes sur le terrain. Or la capitale gabonaise doit abriter des poules de la CAN 2012.

Dès lors, à travers cette initiative, les autorités gabonaises veulent faire de Libreville une ville propre. Cependant certains quartiers n’ont pas encore eu droit à cette « cure de rajeunissement », notamment « la baie des cochons », l’un des quartiers les plus insalubres de la capitale qui se situe à derrière l’hôpital, non loin du stade Omnisport Président Bongo qui devrait abriter quelques les matches de la CAN 2012.

« Notre quartier est sale, nous vivons parmi les rats et les eaux souillées, nous n’avons pas de bacs à ordures pour le ramassage des ordures ménagères. L’Etat a promis de raser notre quartier mais où irons-nous, y aura t- il des mesures d’accompagnements ? », s’est interrogé un riverain.

Pour sa part la mairie de Libreville qui a perçu une enveloppe de 94 millions de francs CFA dans le cadre de ce plan d’urgence, procède à l’enlèvement des épaves et autres carcasses de voitures ainsi que l’abattage des animaux domestiques errants.

En attendant, les habitants de « la baie des cochons » continuent de vivre dans les immondices.

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,865FansLike
129FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES