spot_imgspot_img

Gabon : Mba Obame désormais justiciable

En l’absence du concerné qui a donné synchroniquement une conférence de presse en vue de justifier son désistement et dénoncer un complot d’élimination physique, la levée de l’immunité parlementaire d’André Mba Obame a été voté ce 5 mai à l’Assemblée nationale par 85 députés, parmi lesquels on a noté trois voix contre et trois abstentions.

Le scénario était résolument différent en cet après-midi du 5 mai 2011. Les partisans d’André Mba Obame, arrivés moins nombreux que la veille, se sont tenus éloignés du portail de l’Assemblée nationale où moins d’une dizaine de gendarmes étaient de faction. De même, le député sujet à une procédure de levée d’immunité parlementaire n’était pas sur les lieux.

La séance plénière convoquée pour la deuxième fois à cet effet, s’est donc déroulée sans le concerné. La question qui s’est donc posée aux députés était ce que prévoit le règlement de l’Assemblée nationale dans une situation où le député concerné par la levée de l’immunité parlementaire n’était pas sur les lieux. Le texte interrogé étant muet à ce sujet, il a été proposé que le président de la première chambre du parlement use d’un peu de diplomatie et de sa sagesse pour demander à ses collègues députés d’accepter un nouveau report et surtout de convaincre ceux du groupe parlementaire des forces du changement, auquel appartient Mba Obame, d’être là pour une audition de la partie incriminée. Ce afin que la décision qui serait prise au final ne soit interprétée comme de la parodie.

Ceci n’ayant pas été retenu, la séance plénière s’est tenue. Les députés Maganga Moussavou du PSD, Mme Makaya du PGP et Sene Ingueza du CDJ ayant quitté l’hémicycle, seuls ceux du Parti démocratique gabonais (PDG) et ses alliés, ont assisté à la lecture du rapport de la Commission ad hoc (Cf. https://www.gaboneco.com/show_article.php?IDActu=22410). Les résultats du vote qui a suivi ont donné trois voix contre, trois abstentions et 79 voix pour 85 députés votants. André Mba Obame a donc perdu son immunité parlementaire.

L’explication de Mba Obame

Dans le même après-midi, André Mba Obame a donné une conférence de presse au siège de l’Union nationale à Libreville. «Je n’ai rien fait pour entraver le déroulement de cette procédure et me suis toujours montré disponible. C’est ainsi que j’ai accepté d’être auditionné pendant près de 5 heures, en répondant à chacune des questions qui m’étaient posées. De même, j’étais venu hier pour participer à la séance plénière en ayant préparé mon intervention», a déclaré le secrétaire exécutif de l’UN.

Justifiant son absence à l’Assemblé nationale ce jeudi 5 mai, Mba Obame a dénoncé un complot «dont les détails opérationnels ont été finalisés le soir du mardi 03 mai 2011 au PC de crise du camp de Gendarmerie de Gros-bouquet par les Ministres de l’Intérieur, de la Défense et de la Justice du Gouvernement du pouvoir établi auxquels s’étaient adjoints le procureur de la République et les chefs des principaux corps des forces de défense et de sécurité.

(…) Au cours de cette réunion, il a été décidé que je serai mis aux arrêts et exfiltré pour une destination inconnue, dès après la levée de mon immunité parlementaire. Un mandat de dépôt a même été opportunément signé ce soir-là à 23h. Et c’est pour permettre l’exécution de ce mandat de dépôt et donc mon exfiltration qu’il était nécessaire d’interdire la présence du public dans l’enceinte de l’Assemblée Nationale et de mobiliser une forte présence des forces de défense et de sécurité. Ces forces de défense et de sécurité avaient reçu instruction de tenir éloignée la foule et de la canaliser par tous les moyens avec toutes les conséquences incalculables et imprévisibles que cela comporte. »

Le président autoproclamé du Gabon estime qu’il doit l’échec de ce complot aux populations qui ont manifesté la veille devant l’Assemblée nationale. Il soutient que «de source certaine, je puis affirmer aujourd’hui que les intentions du pouvoir établi sont désormais claires : il ne s’agit plus de l’élimination politique d’André Mba Obame et de l’Union Nationale, mais de mon élimination physique pure et simple. » Puis de conclure : «Dans ces conditions, j’ai pris la décision de ne plus me rendre à l’Assemblée Nationale tant et aussi longtemps que la demande de la levée de mon immunité parlementaire doit servir à habiller des draps de la justice ma neutralisation politique, voir physique. »

Interrogé par la presse à sa sortie de l’hémicycle, le président Nzouba Ndama a laissé entendre que Mba Obame reste un député, élu du peuple. Il peut s’il le désire prendre part aux travaux de l’Assemblée nationale. La levée de l’immunité parlementaire permet simplement à la justice de l’entendre, ainsi qu’il en a été le cas pour les autres personnes prévenues au sujet du même délit.
Publié le 05-05-2011 Source : Gaboneco.com Auteur : Gaboneco

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,877FansLike
131FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES