spot_imgspot_img

Communiqué du Gouvernement concernant les morts de Bitam

Le gouvernement gabonais, via le ministre de la Santé, le Général Flavien Nzengui Nzoudou, dans un communiqué rendu public jeudi sur les antennes de la télévision nationale (RTG1) a confirmé le décès, le 16 juin à Bitam (Nord), de trois ressortissants étrangers gardés à vue.

Le ministère de la Santé a indiqué toutefois que ces décès ne sont pas le fait de «maltraitance, de sévices ou de tortures», mais qu’«il s’agirait d’un cas de santé publique». GABONEWS rend dans son intégralité le communiqué du Gouvernement de la République.

« Suite aux informations qui circulent sur le décès de trois (3) personnes à Bitam, le ministère de la Santé, Affaires sociales, de la Solidarité, de la Famille, tient à apporter les précisions suivantes :

Ce jour jeudi 16 juin 2011, à 7H30, par une communication téléphonique du centre de Bitam, le ministère a été informé de ce que cette structure sanitaire a reçu dix (10) gardés à vue, un (1), dont la nationalité reste inconnue, est arrivé décédé et deux (2) autres de nationalité guinéenne et malienne sont décédés une heure après leur arrivé au centre médical.

Une équipe composée de la responsable de la base épidémiologique et du responsable régional du génie sanitaire été immédiatement dépêché d’Oyem pour Bitam, après investigations les informations suivantes ont été recueillis :

Sept (7) patients dont quatre (4) de nationalité malienne, deux (2) Burkinabé et un (1) Guinéen de Conakry ont été mis en observations,

– L’un d’entre eux dans un état de coma profond avec diarrhée,

– Un autre sous tranquillisant avec des signes d’encombrements.

Ces patients présentaient tous, des troubles respiratoires et de comportements.

L’enquête épidémiologique devant déterminer les causes réelles de décès suit son cours.

Toutefois, compte tenu de l’épidémie de choléra signalée dans cette sous-région les populations sont invitées à observer les mesures d’hygiène et d’assainissement notamment dans la gestion de l’eau potable, des eaux usées, et des excrétas.

Tout cas de vomissement et de diarrhée doit être impérativement signalé aux responsables de la structure de santé la plus proche.

Contrairement à certaines informations véhiculés sans fondement, faisant état de prétendue maltraitance, de sévices ou de tortures, il s’agirait plutôt d’un cas de santé publique, que nous déplorons.

Le ministère de la Santé, des Affaires sociales, de la Solidarité et de la Famille qui présente ses condoléances les plus sincères aux familles des disparus tient à rassurer l’opinion que les dispositions médicales sont prises pour garantir la santé des populations dans la zone concernée ».

Fait à Libreville, le jeudi 16 juin 2011

Le ministre de la Santé, le général Flavien Nzengui Nzoundou

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,848FansLike
130FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES