spot_imgspot_img

Dernier hommage de l’UOB à un étudiant décédé accidentellement vendredi 11 juin

La circulation a été encore perturbée samedi matin au niveau de l’Université Omar Bongo (UOB) de Libreville, au moment où sortait de l’enceinte de l’institution, après avoir reçu l’hommage de la communauté universitaire, la dépouille de l’étudiant Seraige Maganga Ditengou, mortellement fauché par un véhicule, le vendredi 11 juin dernier.

Samedi dernier, les étudiants avaient érigé des barricades à l’entrée principale de l’unviersité, pour exprimer leur colère suite au décès de Seraige Maganga Ditengou, alias Stakys, étudiant au département de géographie.

Fauché par un véhicule aux environs de 2H00 du matin, alors qu’il rentrait d’une veillée mortuaire à bord de son scooter, l’étudiant est mort sur le coup, tandis que la propriétaire du véhicule avait été admise dans une structure hospitalière de la capitale.

Samedi, la communauté universitaire – étudiants, enseignants et personnel administratif-, a tenu à rendre un dernier hommage à l’étudiant décédé, avant son inhumation au cimetière familial à Ntoum, localité à une quarantaine de km de Libreville.

La dépouille de Maganga Ditengou est arrivée samedi aux environs de 9H00 sur le campus, où elle a été accueillie par la communauté universitaire rassemblée sur l’esplanade de l’université.

Le cercueil a ensuite été exposé dans une salle pleine comme un oeuf, où avaient pris place de nombreux étudiants, les membres de l’administration de l’université et une délégation du ministère de l’éducation nationale, de l’enseignement supérieur, de l’innovation, chargé de la recherche scientifique, conduite par M. Samuel Mbadinga, le directeur de cabinet du ministre.

Dans son témoignage, le porte-parole des étudiants, Gaël Etoughé, a loué l’humilité et le courage du disparu. Il a ensuite donné sa philosophie de la vie : « Stackys a toujours estimé que rien n’est difficile, c’est l’homme qui, par sa perception, rend les choses difficiles », a déclaré M. Etoughé.

Selon Stack, « il faut être courageux et sérieux dans la vie pour réussir », a ajouté le porte-parole des étudiants, définissant le disparu comme « un étudiant comme les autres », mais avec un coeur d’ange en prime.

« Pour nous qui étions proches de lui, nous l’appelions notre FMI (Fonds monétaire international), parce que toujours disposé à secourir ses amis lorsque l’un d’entre eux avait un problème d’argent », a-t-il expliqué.

« Tu es à quel niveau » ? interrogeait-il et, sans hésiter, il montait sur son scooter pour retrouver l’étudiant en difficulté », a-t-il ajouté.

Photographe amateur à ses heures perdues, Ditengou +Stakys+ était arrivé en 2006 à l’UOB où il avait pris sa première inscription au département d’histoire et archéologie.

Après l’obtention de sa licence, il s’est inscrit en master professionnel en aménagement du territoire, au département de géographie, pour l’année académique 2010-2011.

Le décès de Maganga Ditengou a plongé dans l’émoi la communauté estudiante qui, pour la première fois, enregistre la disparition tragique d’un de ses membres, alors que l’année acédémique touche à sa fin.

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,858FansLike
129FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES