spot_imgspot_img

L’usine d’engrais de l’île Mandji opérationnelle en 2014

Le complexe pétrochimique de production d’engrais agricoles que le groupe singapourien Olam doit construire sur la future zone franche de l’île Mandji à Port-Gentil, la capitale économique (sud-ouest), sera opérationnelle en 2014, a annoncé M. Théophile Ogandaga, coordinateur des projets que le gouvernement gabonais a passés avec le groupe singapourien.

L’usine d’engrais aura une capacité annuelle de 1,3 million de tonnes d’urée en granulés et de 0,7 million de tonnes d’ammoniac, a précisé M. Ogandaga, vendredi dernier à Port-Gentil, lors d’une concertation publique sur le projet, ajoutant que 20% de la production sera destinée au marché national et 80% à l’international.

Le projet va générer environ 300 emplois directs et un millier d’emplois indirects, a indiqué M. Ogandaga, affirmant que les engrais joueront un rôle clé pour combler le déséquilibre actuel entre la demande et l’offre mondiales de produits agricoles qui va s’accroitre à mesure que les années passeront.

Selon lui, la future usine aura, entre autres avantages, celui de développer les infrastructures annexes, notamment un port associé au complexe, une route, la production d’électricité et l’adduction d’eau.

La consultation publique, organisée par le groupe Olam, est un passage obligé, tout comme les études d’impact environnemental et social, afin de s’entourer de toutes les garanties pour mener à bien le projet, a expliqué M. Ogandaga.

Ce type d’exercice consiste, pour le promoteur d’un projet, à le présenter aux différents partenaires (opérateurs économiques et autorités locales) et aux populations, afin de recueillir leurs points pour les intégrer dans la phase de mise en oeuvre, a-t-il dit.

Il a souligné que le projet s’inscrivait dans la vision économique du « Gabon émergent » prôné par le président Ali Bongo Ondimba, se traduisant par la volonté de privilégier la transformation sur place des ressources naturels du pays.

« Ici, il s’agira de transformer le gaz naturel en engrais’’, a déclaré M. Ogandaga.

Par ailleurs, répondant aux inquiétudes qui se sont exprimées par rapport à la situation de l’île Mandji, exposée à l’érosion côtière et aux effets des changements climatiques, les promoteurs du projet ont indiqué que les études d’impact seront suivies par une étude des risques, confiée à la société URS, leader mondial dans le domaine du conseil en environnement, en ingénierie et risques industriels.

Toutes les études seront mises à la disposition du public et des experts, afin de susciter le débat, a indiqué M. Ogandaga, ajoutant que la consultation publique de vendredi dernier est la deuxième organisée par le groupe Olam à Port-Gentil, après la première qui a eu lieu en avril 2011.

D’autres concertations devraient suivre d’ici là, indique-t-on.

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,852FansLike
130FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES