spot_imgspot_img

Les comptes de l’AGP au peigne fin aujourd’hui

Le budget de l’Agence gabonaise de presse (AGP), exercice 2012, doit être approuvé aujourd’hui à Libreville, au terme des travaux du Conseil d’administration de cet établissement public qui se tiennent ce matin au ministère de l’Economie numérique, de la Communication et de la Poste.

L’Agence gabonaise de presse (AGP) tient aujourd’hui, au ministère de l’Economie numérique, de la Communication et de la Poste, son Conseil d’administration. Il s’agira pour les administrateurs, au cours de ces assises, de présenter le rapport moral de l’établissement, seize ans après le dernier Conseil d’administration tenu en 1996. Aujourd’hui, en effet, beaucoup de choses ont évolué au sein de la ‘’maison’’. En dehors de la production des dépêches publiées sur le fil couplé AFP/AGP, d’autres produits ont vu le jour. L’AGP s’est doté d’un site Internet, lui ouvrant une fenêtre sur le reste du monde. De même, un journal, Gabon Matin, a été créé, avec une périodicité de bimensuel à son lancement en 2005, puis de quotidien, quatre ans plus tard, en 2009. Autant dire que l’AGP s’est progressivement étoffée, allant de ses missions traditionnelles de collecte des éléments d’information sur l’ensemble du territoire gabonais puis de leur distribution aux médias nationaux (radio, télévision) et autres abonnés, jusqu’à son arrimage sur le modèle d’une agence moderne, incluant les nouvelles technologies de l’information et de la communication.

L’AGP dispose des bureaux sur les huit provinces de l’intérieur du pays, en plus de Libreville où se trouve la rédaction centrale. Mais le Conseil d’administration d’aujourd’hui veillera également à approuver le budget de l’AGP pour l’exercice 2012. Il faut dire que la situation financière actuelle de l’institution n’est pas des plus reluisantes. La subvention financière que l’Etat verse annuellement à cet établissement public ne correspond plus à ses besoins et à ses charges. A l’origine, cette subvention (de près de 400 millions) servait à payer les salaires et les primes de 35 agents, et à assurer le fonctionnement de l’institution, ainsi que le paiement des charges d’eau, d’électricité et des télécommunications. Or, aujourd’hui, les effectifs de l’Agence ont presque triplé (avec, exactement 128 agents). De nouveaux besoins apparaissent : abonnement Internet, achat du matériel et d’équipements informatiques, moyens de logistique pour les reportages, etc.). Dans le même temps, la dotation de l’Etat n’a pas significativement évolué. La rallonge de 654 millions de Fcfa débloquée par l’Etat au titre de 2011, ne sert, en réalité, qu’à faire face aux frais d’impression de ‘’Gabon Matin’’ à Multipress. Difficile de fonctionner dans ces conditions. L’AGP doit compter sur ses recettes propres pour essayer d’équilibrer ses finances, notamment avec la vente au numéro du quotidien Gabon Matin et de ses espaces de publicité. Pour ce faire, il est question d’améliorer le contenu éditorial du journal pour attirer davantage de lecteurs, mais aussi de mettre en place un véritable service de marketing pour copter le maximum d’annonceurs et fidéliser ceux qui y sont déjà. Tout un défi à relever. Bref, il n’est pas exclu que des décisions concernant le bon fonctionnement de la structure soit prises au terme de ce Conseil d’administration…

Alexis Koumba

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,877FansLike
132FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES