spot_imgspot_img

La bonne gestion publique du Gabon récompensée par un « BB »

L’agence de notation financière internationale, Fitch Ratings Ltd, a récompensé le Gabon pour ses efforts visant à diversifier l’économie hors pétrole, améliorer la gouvernance publique, le climat des affaires, la performance financière et réduire la dette publique. La note du pays attribuée par cette agence a ainsi été revue à la hausse, passant de « BB- » à « BB ».

«Cette nouvelle note pourrait même être de nouveau revue à la hausse à BB+ dans un bref délai, étant donné les réformes entreprises par le président gabonais pour diversifier l’économie hors pétrole, pour améliorer la gouvernance publique et le climat des affaires», a même estimé l’agence.

Deux facteurs profitent ainsi à l’économie gabonaise. Il y a d’une part la montée en flèche des prix du pétrole, dont l’augmentation (39,4% en 2011) a largement compensé la stagnation de la production et, d’autre part, les importants investissements réalisés dans le secteur public. Le PIB par habitant, qui était de 10 500 dollars en 2011, est bien supérieur à celui enregistré par des pays équivalents également notés « BB ».

Étant donné les prix élevés du pétrole et les dépenses d’investissement, la croissance réelle du PIB, estimée à 6,7% en 2011, devrait rester à un niveau comparable en 2012. L’incertitude demeure cependant concernant l’avenir de la production pétrolière. En l’absence d’une découverte majeure, elle va se remettre à baisser au cours des deux ou trois prochaines années. Les revenus pétroliers ont représenté 59,8% des recettes fiscales de l’État et 87,3% des exportations en 2011.

Les excédents fiscaux ont touché le fond, à 1,8% du PIB en 2010 en raison d’importantes augmentations des dépenses en immobilisations, avant de revenir à 3,4% du PIB en 2011, grâce à des recettes pétrolières plus élevées. Plus rapide que prévue, la montée des prix du pétrole en 2012 va faire augmenter les excédents fiscaux, qui devraient avoisiner 6% du PIB. En revanche, les excédents fiscaux et ceux de la balance commerciale ont permis au pays de réduire sa dette tout en augmentant les investissements en infrastructures. La dette publique et externe a tendance à baisser rapidement.

À 20,4% du PIB, la dette publique générale est bien inférieure à celles de pays de même calibre et elle devrait diminuer encore dans les années qui viennent. La dette externe ne représentait que 25% des recettes externes actuelles en 2011 et en 2012, le Gabon devrait devenir créancier externe net. Les actifs internationaux ont chuté en 2011 en raison d’importantes fuites de capitaux non identifiées, tandis que la croissance a repris en cours d’année.

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,877FansLike
132FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES