spot_imgspot_img

Crimes Rituels et Insécurité au Gabon: Le Chef de l’Etat tape du poing sur la table

Le Chef de l’Etat gabonais, Ali Bongo Ondimba, soucieux de la préservation du droit à la vie de ses concitoyens, a convoqué hier une réunion à la présidence de la République, à laquelle prenaient part, outre le Premier Ministre, les membres du gouvernement ainsi que ses proches collaborateurs concernés par des questions d’insécurité liées aux crimes riruels dans le pays.

Ne pouvant supporter cette situation, amplifiée par des médias étrangers, le Chef de l’Etat qui avait juré devant la Constitution de veiller au bien être de se concitoyens lors de son investiture en 2009, a convoqué cette réunion pour demander non seulement des explications mais également faire le point des instructions qu’il avait donné lors du Conseil des ministres délocalisé de Makokou dans la province de l’Ogooué-Ivindo à propos du phénomène des crimes rituels.

Le n°1 gabonais qui a prévenu qu’il ne tolérera aucune impunité quelque soit le rang des auteurs, ni de pitié pour les coupables, encore moins d’immunité pour les commanditaires de ces crimes « crapuleux et gratuits », a exigé la vérité pour le peuple gabonais qui lui a confié la direction du pays.

Ainsi, il a interrogé ses interlocuteurs sur la question de savoir « Pourquoi lorsqu’un certain nombre de faits sont quotidiennement rapportés par la presse, les criminels ne sont jamais jugés ni condamnés? Ces questions, la population se les pose et je m’en fais l’échos ».

« Il n’est plus question qu’un certain nombre de personnes prennent en otage toute une société pour des pratiques qui sont inqualifiables, inhumaines et que nous ne pouvons continuer à accepter, d’autant plus que je ne vois pas comment en commettant des crimes rituels un être peut faire avancer la cause de l’humanité, ou de notre société », a condamné avec fermeté Ali Bongo Ondimba qui a exigé des réponses afin et que les choses changent.

« Nous sommes dans un Etat démocratique, un Etat de Droit et nous vivons sous le règne de la Loi. Si les lois ne sont pas suffisantes pour résoudre ce problème alors qu’on les modifie. Mais si nos lois sont bonnes alors qu’on les applique dans leur plénitude, sans faiblesse et sans excès. Je le répète personne n’est au dessus de la Loi. Aussi il ne saurait être question dans ce pays d’impunité ou que certaines personnes puissent se permettre certaines choses et d’autres non. Les gabonais m’ont porté à la Magistrature suprême pour appliquer la loi, rien que la Loi. Et c’est ce que Je Ferai », a-t-il rappelé très remonté.

Cette monté au créneau du Chef de l’Etat, a été salué par l’Union des Jeunes du Parti Démocratique Gabonais de France (L’UJPDG-France), qui a par l’occasion félicité la fermeté du Premier Citoyen gabonais dont la devise « Je dis ce que je fais et je fais ce que je dis » vient une fois de plus de se traduire par un acte concret et de confiance.

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,877FansLike
132FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES