spot_imgspot_img

Jacob Zuma et l’obsession du pénis

Le président sud-africain Jacob Zuma. © SIPA
Quelques semaines après la polémique sur The Spear (« La lance ») au sujet d’un tableau de Brett Murray représentant le président sud-africain, Jacob Zuma, à la manière de Lénine avec un sexe bien en évidence, cette fois c’est une caricature de Jonathan Shapiro, dit Zapiro parue dans le Mail and Guardian qui le représente carrément sous la forme d’un pénis géant qui se regarde dans la glace, qui suscite les critiques du Congrès national africain (ANC), le Parti présidentiel.

Décidément, c’est à croire que la vie sexuelle du président sud-africain Jacob Zuma fait fantasmer ses détracteurs. Il est en effet difficile de croire et de voir qu’après le dernier scandale produit par tableau de Brett Murray représentant Zuma à la manière de Lénine avec un sexe en rection, que cela ait suscité de l’intérêt et de l’inspiration pour le plus connu des dessinateurs de presse d’Afrique du Sud, Jonathan Shapiro dit Zapiro, qui vient ajouter sa touche de crayons à ces attaques sur la sexualité du président (polygame, il a cinq épouses et de nombreux enfants…).

Déjà en conflit avec le président sud-africain en 2008 pour avoir mis en scène le «viol de la justice» lorsque Jacob Zuma a été relaxé après avoir été poursuivi pour viol, la relation entre Zuma et Zapiro, n’a jamais été au beau fixe, indiquent certains analystes sud-africains. Depuis, Zapiro dessine toujours Zuma avec un pommeau de douche sur la tête, une allusion à une réponse du président sud-africain lors de son procès : la jeune fille qui l’accusait de viol étant séropositive, Zuma avait déclaré qu’il s’était «protégé» en prenant une douche après l’acte sexuel…

Le dernier coup de crayon du dessinateur, serait sa manière à lui de voler au secours de l’artiste Barend La Grand (dit Brett) qui a peint Jacob Zuma pénis à l’air et est poursuivi en justice pour cela. Le tableau avait été retiré après avoir été attaqué par deux détracteurs dans la galerie Marian Goodman dans laquelle il était exposé. Une solidarité entre artistes qui n’est pas du tout du gout des membres du Congrès national africain (ANC), le parti au pouvoir en Afrique du Sud, qui déclare dans un communiqué que «tous les Sud-Africains partagent notre dégoût». L’ANC exige des excuses du caricaturiste.

Publié par l’hebdomadaire Mail & Guardian, filiale du Guardian de Londres, le dessin n’est pas non plus du goût du rédacteur en chef du journal, qui a déclaré sur une radio sud-africaine que «ce dessin n’était pas forcément une grande œuvre». Il n’a pas pour autant l’intention de le retirer du site du magazine comme le demande l’ANC.

«Bien que le sexe soit son sport favori, Zuma poursuit le tableau au pénis devant les tribunaux. En s’en prenant à la liberté d’expression de Brett, il confirme qu’il est une aussi grande tête de nœud qu’on le pensait [en anglais, “as big a dick as we thought”, “dick” étant l’argot pour pénis]», a déclaré Zapiro.

Zapiro persiste et signe, et a déclaré à la radio Sud-africaine que «des visions dissidentes sont essentielles pour que le changement soit réel». Il a ajouté : «L’impertinence vis-à-vis des dirigeants qui se prennent trop au sérieux est un élément essentiel de la démocratie».

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,877FansLike
131FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES