spot_imgspot_img

Le fichier électoral biométrique provisoire annoncé pour décembre 2012

La réalisation du projet Iboga (Identité biométrique officielle du Gabon) poursuit normalement sa série d’étapes, avant la disponibilité provisoire qui vient d’être annoncée pour décembre prochain par le ministre de l’Intérieur, Jean-François Ndongou, entouré du comité de pilotage dudit projet.

Deux mois après son lancement officiel le 1er juin dernier, le comité de pilotage d’Iboga, réuni autour du ministre de l’Intérieur, Jean-François Ndongou, le 30 juillet 2012, vient de valider le chronogramme d’actions à mener autour de la mise en place du fichier électoral biométrique provisoire. Une rencontre qui marque une avancée dans l’organisation des élections au Gabon.

Au cours de cette séance de travail qui lui a permis de se faire une idée sur l’état d’avancement du dossier Iboga, Jean-François Ndongou a fait l’annonce de son intention d’organiser, dans les tous prochains jours, une rencontre avec les acteurs politiques de l’opposition et de la majorité à fin de prendre connaissance de leur suggestion et leur faire le point sur l’évolution du projet.

Jean-François Ndongou a appelé les leaders de certains partis de l’opposition à des discussions concernant l’authentification des électeurs tant réclamée. Selon le ministre, cette requête n’est pas sans incidences tant techniques que financières pouvant être à l’origine du blocage de l’actuel processus. «Il faut que nous discutions pour aplanir des divergences de points de vue et de dégager conjointement les grandes lignes», a suggéré Ndongou.

Le projet controversé dans son processus de mise en œuvre et de ce que, selon l’opposition, il ne respecterait pas les normes démocratiques, devrait être opérationnel d’ici cinq mois. Il doit permettre au Gabon d’organiser en 2013, sa toute première consultation avec la biométrie, notamment les élections locales.

Bien que ne pouvant pas permettre d’éviter le cancer de l’inversion des chiffres électoraux, dénoncé à chaque scrutin, la biométrie a tout de même été réclamée pour réduire les fraudes électorales qui émaillent toutes les élections politiques dans le pays depuis 1990.

Selon l’International biometric group, la biométrie est un procédé d’«exploitation automatisée de caractéristiques physiques, physiologiques ou comportementales pour déterminer ou vérifier l’identité». Elle recouvre donc un ensemble de procédés tendant à identifier adéquatement un individu à partir de la mesure de l’une ou de plusieurs de ses caractéristiques, mais également de l’authentifier c’est-à-dire de prouver que la personne qui se présente est bien le titulaire de cette identité. La biométrie est donc un moyen de contrôle de l’état des personnes c’est-à-dire «un ensemble d’éléments de droit privé caractérisant l’existence juridique et la situation familiale de la personne». C’est aussi, par ailleurs, une « avancée » supplémentaire dans le contrôle des individus dénoncée à ce titre par plus d’une organisation de défense des libertés individuelles. Biométrie ou pas, des élections ne sont libres et transparentes que lorsque toute la société décide qu’elles le soient.

Rappelons à ce sujet les réserves de la Commission nationale de l’informatique et des libertés (CNIL) en France qui s’inquiète en termes diplomatiques de dérives et abus possibles et même prévisibles.

Sur ce même sujet, voiraussi la lettre de Me Oyane adressée au ministre de l’Intérieur il y a quelques semaines.

Article original : https://gabonreview.com/blog/le-fichier-electoral-biometrique-provisoire-annonce-pour-decembre-2012/#ixzz22Jfll2h3

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,877FansLike
131FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES