spot_imgspot_img

L’opposition parvient à se fédérer et souhaite le dialogue avec Ali Bongo

Au Gabon, après trois jours d’intenses discussions au sud du pays, à Mouila, l’opposition gabonaise s’est accordée pour exiger du pouvoir la tenue d’une conférence nationale souveraine. Le but : résoudre la crise politique dans le pays.

Il était « au four et au moulin ». Gaston Mayila, président de l’Union pour la nouvelle République (UPNR), a présidé le Forum de Mouila. C’est avec euphorie qu’il énumère les conclusions de cette rencontre historique : « C’est une victoire totale parce que tout le monde a parié que l’opposition était incapable de s’unir. Et à Mouila, nous avons conjuré le sort. A Mouila est née l’Union de forces de changement, un organe unique de toute l’opposition. A Mouila est né un esprit nouveau qui voudrait qu’à chaque élection, l’opposition présente un seul candidat. Mouila, c’est là où nous avons lancé l’hallali, « le cri de guerre ». Et la décision principale, c’est que l’ensemble de l’opposition sans exception vient d’appeler à la tenue d’une conférence nationale souveraine. Nous verrons la réponse que le pouvoir nous fera ! Si le pouvoir dit, « nous parlons », nous parlons. Si le pouvoir dit, « nous ne parlons pas », nous continuerons. »

L’opposition avait prévu un meeting monstre pour clôturer son forum. Mais l’idée a été abandonnée pour éviter des violences avec les militants du parti au pouvoir. Le Parti démocratique gabonais a en effet organisé à Mouila une marche de soutien au chef de l’Etat, Ali Bongo Ondimba.

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,877FansLike
131FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES