spot_imgspot_img

Ali Bongo Ondimba refuse la conférence nationale réclamée par l’opposition

Le président Ali Bongo Ondimba a déclaré, mercredi à Libreville, qu’il  »ne dialoguera pas avec des personnes qui ne respectent ni les institutions de leur propre pays, ni ceux qui les incarnent », réservant ainsi une fin de non recevoir à l’organisation d’une conférence nationale souveraine réclamée par l’opposition pour, selon elle, trouver une issue à la profonde crise politique que traverse le pays.

‘‘’Je ne dialoguerai pas avec des personnes qui ne respectent ni les institutions de leur propre pays, ni ceux qui les incarnent, encore moins les lois de la République’’, a martelé le chef de l’Etat gabonais, dans un discours devant le Parlement (Assemblée nationale et Sénat) réuni en congrès extraordinaire.

‘’Je ne dialoguerai pas avec des personnes qui, ayant occupé des hautes fonctions dans l’Etat, veulent bafouer les symboles de la République en cherchant à occasionner des violences (…)’’, a ajouté le chef de l’Etat.

‘’Je le dis très clairement, tant que ces personnes-là poseront des actes antipatriotiques et de défiance à l’Autorité de l’Etat, je ne les recevrai pas’’, a-t-il expliqué.

‘’Vingt-deux ans après la tenue de la conférence nationale, après tous les constats que nous avons pu faire et les échecs que nous avons essuyés, devons-nous organiser une conférence nationale dite souveraine, dont le but affirmé n’a d’autre objet que de perpétrer un véritable coup d’état constitutionnel, ouvrant ainsi la voie à la tenue de petits arrangements entre amis ?’’, s’est interrogé Ali Bongo Ondimba.

Selon lui, les Gabonais ont passé beaucoup trop de temps à ne faire que de la politique, au détriment du développement économique et social du pays et du bien-être des populations.

Le chef de l’Etat s’est adressé au Parlement trois jours après que vingt parti de l’opposition ont apporté leur soutien à l’organisation d’une conférence nationale souveraine, lors de leur réunion samedi et dimanche derniers à Mouila, chef-lieu de la province de la Ngounié, dans le sud du pays.

L’idée de convoquer une conférence nationale souveraine a été émise par André Mba Obame, le secrétaire exécutif de l’Union nationale (UN), un parti d’opposition dissous .

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,877FansLike
131FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES