spot_imgspot_img

Le président Ali Bongo Ondimba réclame un sursaut de patriotisme à ses concitoyens

Le président Ali Bongo Ondimba a réclamé un sursaut de patriotisme à ses concitoyens, face à la déperdition d’un certain nombre de valeurs, dont le culte de la patrie, et la ténacité de certaines tares telles que la paresse, l’égoisme, l’egocentrisme, l’immobilisme…

‘’Nous ne pouvons pas aimer notre pays à reculons’’, a déclaré le chef de l’Etat, dans une allocution prononcée, mercredi à Libreville, devant les deux chambres du parlement réunies en congrès.

‘’La patrie nous est consubstantielle, en ce sens que nous venons au monde, en recevant mille fois plus de notre pays que nous ne pouvons lui apporter. C’est pourquoi on parle souvent du culte de la patrie’’, a déclaré le chef de l’Etat.

‘’Oui, ayons l’amour de notre pays et le culte de la patrie comme dénominateurs communs’’, a-t-il dit, soulignant que ‘’le patriotisme relève de l’attachement profond que nous devons à notre pays’’.

‘’Le patriotisme, c’est ce qui nous pousse à situer l’intérêt général au-dessus de nos intérêts particuliers et partisans. Le patriotisme, c’est la volonté et la détermination de préserver le bien commun (…)’’, a-t-il encore déclaré, dénonçant les attitudes et comportements antipatriotiques de certains de ses compatriotes.

‘’Certains semblent avoir mis un tel acharnement à détruire notre pays, qu’on en viendrait à croire qu’ils posséderaient quelque part un pays de rechange’’, s’est exclamé Ali Bongo Ondimba.

‘’Mais nous, nous n’avons pas de pays de rechange. C’est pourquoi nous devons tout mettre en œuvre pour construire notre pays. Nous devons bâtir une nation prospère. C’est notre génération qui doit y arriver. Faute de quoi le retard accumulé serait irrattrapable par nos enfants’’, a-t-il relevé.

’’Nous qui nous érigeons en donneurs de leçons, nous sommes-nous souvent demandé, si dans l’exercice quotidien de nos fonctions respectives, nous avons toujours placé l’intérêt général au-dessus de nos intérêts particuliers ?

’’Combien de fois avons-nous signé un acte administratif, avec la pleine conscience que cela ne servait pas l’intérêt général ? Mais nous l’avons quand même fait, pour notre propre intérêt’’.

’’Combien de fois avons-nous fermé les yeux sur un contrat, une convention, un marché, dont nous savions qu’il ne servait pas les intérêts du pays’’ ?

’’Combien de fois avons-nous bradé notre patrimoine commun, notre sous-sol, dans des conventions léonines, en ne pensant qu’à nous-mêmes, sans penser au pays, encore moins aux générations futures’’ ?

’’Combien de fois avons-nous, par cupidité, contribué à spolier notre pays, au seul profit des grands groupes étrangers’’ ?

’’De ces questions essentielles, nul ne veut parler’’, a encore relevé le chef de l’Etat, dénonçant le laxisme, l’attentisme, l’immobilisme et la paresse. ‘’Il faut en finir avec le laxisme, l’attentisme, l’immobilisme et la paresse. Il faut déserter le camp des partisans du moindre effort et passer à l’action’’, a-t-il déclaré.

’’Aucun pays ne s’est développé sans mettre de l’ardeur au travail. Le travail à l’atelier, le travail à l’usine, le travail dans l’entreprise, le travail au ministère, le travail à la plantation, le travail en mer’’, a-t-il poursuivi.

’’Aucun décret ne fera du Gabon un pays Emergent. Nous ne le deviendrons que si nous le désirons ardemment, et si nous nous mettons résolument au travail’’, a-t-il dit.

‘’Mon rêve et mon ambition sont de construire un nouveau Gabon, un Gabon fort, un Gabon uni et rassemblé, un Gabon d’une prospérité toujours plus accrue, un Gabon où il fait bon vivre, un Gabon immortel et digne d’envie, un Gabon Emergent. Cela est possible. D’autres l’ont fait, nous le pouvons aussi’’, a conclu le chef de l’Etat gabonais.

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,877FansLike
131FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES