spot_imgspot_img

La « Majorité républicaine pour l’émergence » monte au créneau

Trois jours après l’intervention du président de la République, Ali Bongo Ondimba, devant le Congrès du Parlement, les partis de la Majorité républicaine pour l’émergence vont tenir un meeting ce samedi 15 septembre 2012, au Jardin botanique de Libreville. Une rencontre qui vise, selon eux, à éclaircir les points défendus par le chef de l’État devant les députés et sénateurs.

Le vendredi 14 septembre déjà, un communiqué du secrétaire général du Parti démocratique gabonais, (PDG), Faustin Boukoubi, annonçait les réunions respectives du Comité permanent du bureau politique et du Bureau politique de ce parti. Des séances de travail de cette formation politique, chef de file des partis de la Majorité, qui se dérouleront sous la houlette du président de République Ali Bongo Ondimba.

Ce meeting au Jardin botanique, avec la présence du chef de l’État si on en croit Gabon Télévision, médiatisé deux jours avant sa tenue, est annoncé comme un «grand rassemblement» dont l’objectif premier est d’accentuer le soutien à l’action du numéro un gabonais et, en second lieu, d’édifier et d’expliquer à la population le discours tenu par Ali Bongo Ondimba devant les parlementaires. Un propos qualifié d’allocution de rupture: «Rupture avec ce qui n’a pas bien fonctionné, rupture avec ces vingt dernières années de marche à reculons (…) Nous devons nous défaire des pesanteurs du passé et nous orienter résolument vers notre destin commun qui nous impose de réussir», a en effet clamé Ali Bongo Ondimba devant le Parlement.

Dans ce discours de plus d’une heure, il a rejeté l’idée de l’organisation d’une Conférence nationale souveraine, tout en défendant les idées de dialogue sélectif, de tolérance, de patriotisme et de paix. Il a également mis l’accent sur la dénonciation du tribalisme qui gagne du terrain dans le pays et abouti désormais sur la stigmatisation de certaines ethnies au profit des autres.

Le meeting de ce samedi intervient une semaine jour pour jour après que les partis de l’opposition se soient retrouvés à Mouila dans la province de la Ngounié où ils ont décidé de la création de l’Union des forces du changement (UFC), qui entend constituer un bloc solide face au pouvoir.

Pour de nombreux observateurs, il s’agit simplement d’une contre-attaque du camp au pouvoir, au regard des multiples sorties effectuées par l’opposition gabonaise ces derniers temps. Ironisant, certains se demandent sous cape si le PDG et ses alliés ont demandé une autorisation au ministère de l’Intérieur avant d’organiser ce meeting sur la place public. Une manière de faire référence au meeting de l’ex-Union nationale qui a tourné à l’émeute le 15 août 2012.

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,877FansLike
131FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES