spot_imgspot_img

Plaidoyer présidentiel pour un mandat du Gabon au Conseil des droits de l’Homme

Le président Ali Bongo Ondimba, aux États-Unis où il prend part aux assises de la 67e session de l’Assemblée générale des Nations unies, a annoncé, au cours de son allocution sur l’État de droit à la première réunion de haut niveau de cette session, son souhait de voir le Gabon briguer un nouveau mandat au Conseil des droits de l’Homme dès janvier 2013.

Les précédentes prestations du Gabon à la tête du Conseil de sécurité des Nations unies en tant que membre non permanent en mars 2010 puis en juin 2011, félicités et appréciés par la communauté internationale viennent conforter le souhait du numéro gabonais de voir son pays briguer un nouveau mandat au sein du Conseil des droits de l’Homme de cette institution.

«Le Gabon est une voix africaine qui compte et doit compter beaucoup plus dans le futur. Nous sommes acteurs sur la scène diplomatique internationale. Notre mission doit continuer», avait déclarait Ali Bongo Ondimba lors de la décoration des membres de la mission gabonaise au Conseil de sécurité, le 23 septembre dernier.

À travers le nouveau mandat sollicité qui sera pour le Gabon le 4e du genre de son histoire, le président Ali Bongo Ondimba souhaiterait «rendre plus équitable et plus démocratique la gouvernance et les institutions globales. C’est pourquoi le Gabon reste convaincu que l’Afrique doit être justement représentée au sein d’un Conseil de sécurité réformé».

En représentant à nouveau le continent africain, le Gabon voudrait notamment améliorer le dialogue et la coopération entre les États, lutter plus efficacement contre la criminalité transnationale et poursuivre la lutte contre l’impunité et la criminalité transnationale organisée. «Tout en réaffirmant notre engagement politique commun, nous devons également promouvoir le dialogue et de nouvelles approches de coopération entre les États.» a indiqué, lors de son allocution, le président Ali Bongo pour soutenir son souhait.

«Ce nouveau mandat permettrait aussi au Gabon de poursuivre sa coopération avec les organes chargés d’appliquer la justice pénale internationale pour lutter contre l’impunité et la criminalité transnationale organisée, à travers le braconnage et la pêche illégale», a poursuivi le président gabonais.

«De part ses prises de décisions courageuses et engagées, au sein des Nations unies, depuis janvier 2010, la diplomatie gabonaise est aujourd’hui reconnue et respectée par les autres puissances diplomatiques. En briguant un nouveau mandat, le Gabon souhaite montrer qu’il est à nouveau prêt, à relever les défis auxquels la communauté internationale fait face aujourd’hui mais aussi à jouer un rôle plus important dans la promotion de la paix et la sécurité, au niveau régional et mondial», a conclut le président Ali Bongo Ondimba en attendant de voir son souhait exaucé à la suite de la prochaine élection des 10 prochains membres non permanents par l’assemblée générale des Nations unies.

Pour rappel, le Gabon a été élu à trois reprises membre non-permanent du Conseil de sécurité, d’abord pour la période de 1978-1979 et de 1998-1999 puis de 2010-2011. En outre, depuis 1965 le Conseil de sécurité des Nations unies compte, en plus de ses 5 membres permanents, 10 membres non permanents qui sont élus pour deux ans à la majorité des deux tiers par l’Assemblée générale des Nations unies, et renouvelés par moitié tous les ans.

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,877FansLike
131FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES