spot_imgspot_img

Des échanges scientifiques au colloque sur la coprospérité

Ouvert depuis 24h, le colloque international relatif à la zone de coprospérité est un lieu d’échanges interuniversitaires qui enregistre chaque jour la présence massive des personnalités politiques, administratives et scientifiques du Gabon et du Cameroun.

La cérémonie d’ouverture a été suivie des conférences scientifiques sur les thèmes : « Conceptualisation de l’idée de Zone de Coprospérité et concepts opératoires de l’intégration régionale en Afrique Centrale » et « Penser la Coprospérité. Perspectives théoriques et trajectoires pratiques », Conférences animées respectivement par les professeurs Marc Louis Ropivia, en sa qualité de Directeur du Centre d’Etudes et de Recherches en Géosciences Politiques et Prospective (CERGEP) de l’Université Omar Bongo et Joseph Vincent Ntuda-Ebode, Directeur du Centre de Recherche d’Etudes Politiques et Stratégiques (CREPS) de l’Université de Yaoundé II-Soa.

Un Master conjoint en Dynamique, gestion et sécurité des espaces est mis en place pour la formation des étudiants gabonais et camerounais. La première tranche débutée à l’Université Omar Bongo de Libreville avec les étudiants camerounais et gabonais durant l’année académique 2011-2012. La seconde tranche, quant à elle, aura lieu à l’Université de Yaoundé pour le compte de l’année académique 2012-2013.

Le professeur Issa Saïbou de l’Université de Maroua (Cameroun) estime que « La coprospérité doit commencer par la structuration des grandes écoles qui seront localisées dans les zones frontalières recevant des étudiants venant des deux pays voisins ».Cela donnera la possibilité, selon l’expert, de former ensemble, dans les mêmes structures, les élites du Gabon et du Cameroun.

Pour Alma Mandounghou, étudiante en Master conjoint entre les deux universités, « L’objectif de ce Master, c’est de briser les barrières. Nous sommes en famille avec les étudiants camerounais. Nous voyageons d’ailleurs dans deux ou trois semaines pour continuer la deuxième partie à Yaoundé ».

Les conférences se poursuivent jusqu’à ce vendredi, date de la clôture du colloque. Le couple Gabon-Cameroun, à l’instar de France-Allemagne ou Canada-Etas-Unis, pourra impulser une dynamique économique, social, culturelle et surtout éducative dans la sous-région.

Les deux premières conférences d’ouvertures se sont terminées dans l’espoir que le Gabon et le Cameroun aient un avenir commun, une prospérité commune et des échanges équitables.

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,877FansLike
131FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES