spot_imgspot_img

Les grands chantiers : Etape 1

les médias ont quatre jours à partir de ce mercredi pour faire un tour des grands chantiers engagés par le Gouvernement et l’Agence Nationale des Grands Travaux (ANGT) et apprécier le niveau d’application du Schéma Directeur National d’Infrastructures qui est le document de base de la politique de l’émergence d’Ali Bongo Ondimba, arrivé à la tête du pays il y a trois ans.

Ce schéma directeur est le premier du genre au Gabon. « Il fixe les orientations, identifie, planifie et programme les infrastructures essentielles pour assurer le développement des principaux secteurs économique du Gabon ». L’ANGT qui a la responsabilité de faire exécuter les projets définis est revenu ce mercredi sur la nécessité de conduire à bien les différents projets en exécution.

Ce sont en tout cent soixante-quinze (175) grands projets qui doivent être exécutés sur l’ensemble du territoire avec une part belle aux réseaux de communications, à l’éducation et à la santé. Le tout étant d’améliorer les conditions de vie des populations tout en donnant des emplois aux gabonais. L’ANGT travaille en ce moment avec cent vingt-deux petites et moyennes entreprises (PME) et fait ainsi travailler quatre mille huit cents (4800) ouvriers.

Pour cette première étape, il s’est agi de visiter le Lycée d’Angondjé que d’aucuns appellent « le lycée du stade » et dont l’ouverture suscite beaucoup de curiosité et d’incompréhension. « Le gouvernement souhaite que les enfants apprennent dans d’excellentes conditions. Les tables-bancs, l’air conditionnée et un plancher aux normes internationales seront mis à leur disposition» a expliqué Henri Ohayon, Directeur Général de l’ANGT pour essayer de briser le pessimisme perceptible dans les questions des hommes et femmes de presse convoqués en masse.

Puis il y a eu la visite du Centre Hospitalier Universitaire et de l’Institut de cancérologie d’Angondjé, deux établissements sanitaires publics destinés à occuper les premiers rangs en Afrique Centrale. La visite menée par le Dr Antchouey Ambourhouet, Directeur des affaires médicales, a permis de constater les efforts du gouvernement qui consistent à doter les structures hospitalières d’un plateau technique de pointe susceptible de mieux prendre en charge les patients. Le CHU d’Angondjé a une triple mission qui consiste à donner des soins, à former et à faire de la recherche, le tout en vue d’améliorer de façon spécifique la prise en charge des malades de cancers. Cette unité qui compte cent soixante huit (168) lits, cinq (5) couveuses et quatre (4) blocs opératoires vise le principe de ‘zéro ordonnance’. Il faut noter que les hospitalisations débuteront la semaine prochaine tout comme la formation des étudiants en médecine destinés à une carrière de praticiens et de chercheurs. Pour l’Institut de cancérologie, « l’ouverture des services se fait de façon séquentielle. Déjà le service de chimiothérapie est opérationnel » a indiqué le responsable de la dite structure, le Dr. Ernest Belebago.

Sur le site des maisons témoins toujours à Angondjé, l’heure est plutôt à l’expérimentation et à la finalisation des contrats. Difficile donc de croire que deux cent-mille (200.000) logements seront sortis de terre en 2016. Il faut relever simplement que l’ANGT s’efforce de faire respecter le Smart code qui impose une organisation des nouveaux quartiers qui tiennent compte des besoins et des réalités sociales des populations.

Dernière visite, celle effectuée au Centre Hospitalier Universitaire de Libreville, ancien CHL. De vieux bâtiments devenus inadéquats ont disparu. Le témoignage de ce que veux faire le gouvernement dans cette structure ‘mythique’ se trouve dans le nouveau bâtiment qui abrite notamment les Urgences et les Soins intensifs. La satisfaction est la même dans tous les services rénovés : le plateau technique est de pointe. Deux problèmes : d’abord l’impossibilité d’utiliser certaines machines pour cause de non achat de pièces essentielles à leur fonctionnement, et puis l’inquiétude liée à l’entretien de ce matériel de pointe. A cette dernière préoccupation, le Pr Sima Zué a répondu que « l’important est que les pouvoirs publics comprennent qu’ils ont mis à notre disposition un matériel performant et que sans entretien, ils vont de voir recommencer à zéro ». Mais pour le commun des patients habitués de l’ancien CHL, le tout n’est pas un plateau technique performant mais plutôt un personnel responsable qui respecte aussi les usagers.

Mais au bout, il y a cette volonté affichée par le gouvernement de rendre aux gabonais leur fierté et leur bien-être…les autres grands projets sont désormais attendus et notamment ceux du grand stade omnisports qui imposent un déguerpissement de tous les habitants actuels de ses alentours et du Grand port môle avec un centre culturel gabonais et un monument qui deviendrait le symbole de Libreville.g

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,877FansLike
131FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES