spot_imgspot_img

Les troublantes révélations sur le patrimoine immobilier de la famille Bongo aux USA

DIG/ L’organisme indépendant « Organized Crime and Corruption Reporting Project » vient de publier le résultat d’une enquête journalistique menée par Pierre Dupont (Ecrivain et ancien journaliste à Radio Canada), Roshanak Taghavi (journaliste, spécialiste économique en Iran et aux Etats-Unis), et Kira Zalan (journaliste indépendante américaine, spécialiste des pays Africains) sur les avoirs immobiliers de la famille Bongo aux Etats-Unis et leurs moyens d’acquisition.

Extraits de l’enquête

« La famille Bongo dirige le Gabon depuis plus de cinq décennies – et depuis presque aussi longtemps, elle est accusée d’avoir pillé les richesses de son pays.

Au fil des ans, les autorités françaises et américaines ont enquêté sur des lots d’argent liquide, des voitures personnalisées et des propriétés chères, des actifs potentiellement achetés avec le produit de la corruption.

Aujourd’hui, les journalistes ont découvert qu’au cours des deux dernières décennies, les Bongo et leur entourage – y compris un juge qui a contribué à aider la famille à s’accrocher au pouvoir – ont acheté au moins sept propriétés d’une valeur de plus de 4,2 millions de dollars américains aux États-Unis et dans les environs.

Les maisons de la région de Washington, DC des Bongo ont toutes été achetées en espèces.

Les règles destinées à empêcher le blanchiment de fonds illicites n’obligent pas les professionnels de l’immobilier aux États-Unis à poser des questions sur les transactions entièrement en espèces ou à signaler toute activité suspecte aux autorités. Cette absence d’obligation a attiré les critiques du Financial Action Task Force, un organisme de surveillance mondial de la lutte contre le blanchiment d’argent basé à Paris, qui l’a identifié comme une vulnérabilité dans le système financier américain.

Dans un effort apparent pour combler cette lacune, le Financial Crimes Enforcement Network du Département du Trésor a émis des ordonnances temporaires dans des endroits ciblés considérés comme à haut risque de blanchiment d’argent.

«Si vous passez par une banque, il y a en fait de très bonnes règles en place», a déclaré Gary Kalman, directeur du bureau américain de Transparency International, faisant référence aux exigences de diligence raisonnable en place pour les institutions financières qui traitent les prêts hypothécaires. Mais «si vous effectuez un achat entièrement en espèces avec une société anonyme en dehors de ces 12 zones métropolitaines, il n’y a aucune règle», souligne t-il.

La propension de la famille Bongo pour l’argent liquide n’est pas nouvelle pour les autorités américaines. Lorsqu’il était président, Omar Bongo a apporté 1 million de dollars en billets de 100 dollars sous film rétractable aux États-Unis et l’a remis à l’une de ses filles, Yamilee Bongo-Astier.

L’étudiante au chômage a gardé la cachette dans un coffre-fort bancaire et, interrogée, elle a déclaré aux employés de la banque qu’elle s’attendait à des fonds supplémentaires de son père pour acheter un condo de 2,2 millions de dollars à New York, selon un rapport du Sénat daté 2010 sur les flux financiers illicites aux États-Unis.

Selon le rapport du Sénat, Bongo-Astier a été en mesure de déposer d’importantes sommes d’argent liquide de son père sur des comptes dans des banques américaines, ce qui souvent ne la signalait pas comme une personne politiquement exposée, une désignation qui aurait pu déclencher un examen plus approfondi de la source.

Elle a également confirmé qu’elle avait acheté des véhicules de luxe pour des responsables gabonais aux États-Unis à la demande de son père (…).

(Source : « Organized Crime and Corruption Reporting Project » )

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,852FansLike
130FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES