spot_imgspot_img

« Capellogate » : Romain Molina casse encore la baraque !

FINALEMENT, à en croire le journaliste d’investigation français Romain Molina, c’est une bonne partie du mouvement sportif gabonais qui serait impliqué dans des affaires d’abus sexuels sur mineurs. En effet, après avoir désigné, jeudi dernier, sur la base des témoignages de plusieurs victimes présumées, le quotidien britannique The Guardian épingle Patrick Assoumou Eyi dit Capello comme étant le cerveau d’un réseau pédocriminel opérant essentiellement dans le milieu du football gabonais depuis près de trente ans.

Puis, pointe un doigt accusateur en direction de plusieurs autres disciplines sportives dont les responsables auraient, semble-t-il aussi, abusé des jeunes sportifs. A cet effet, dans un message publié lundi dernier via son compte Facebook, Romain Molina écrit : il n’y a pas que le football gabonais qui est touché par les abus, mais aussi le handball, le basket ou le judo… N’hésitez pas à me contacter « . Il accuse également  » certains coachs européens (français notamment) qui profitent également de leur poste au Gabon (…) pour assouvir leurs fantasmes avec des mineurs « .

Pour mener à bien cette nouvelle enquête, le journaliste français demande aux présumées victimes de le contacter. C’est donc, une fois encore, sur des témoignages oraux que va s’appuyer notre confrère pour éclairer l’opinion. Le risque avec ce mode opératoire (la dénonciation) est de voir des centaines de témoins venir dénoncer leurs bourreaux sans en apporter la moindre preuve irréfutable. Depuis plusieurs jours, de nombreux témoignages de parents, amis et victimes affluent sur les réseaux sociaux . Qui pour accuser, qui surtout pour dénoncer. Comme ce magistrat, bien connu du monde sportif pour sa probité, qui fait l’objet d’accusations sur les réseaux sociaux depuis quelques heures alors qu’il est en déplacement à l’étranger.

 » Cet homme au sourire avenant se nomme N.R.M. Il est également magistrat. Des témoignages concordants affirment qu’il est à la tête d’un réseau de pédophiles. Il userait de son statut pour abuser de nombreux jeunes. Il mérite d’être radié du corps de la magistrature « , écrit un internaute sur Facebook. Quel crédit peut-on accorter à ce type d’imputation basé uniquement sur  » des témoignages concordants  » ? Joint au téléphone, l’intéressé nous a clairement indiqué qu’il va officiellement saisir le procureur de la République en portant plainte pour diffamation.

Le sujet est tellement important et sensible, parce qu’il concerne l’avenir de jeunes gens, qu’il faudrait prendre avec prudence tous ces témoignages au risque de voir les vrais coupables passer entre les mailles du filet et des innocents jeter en pâture sur la place publique. Il s’agira donc d’apporter des preuves irréfutables et donc recevables devant les juridictions compétentes. Car, l’on peut avoir effectivement été abusé, mais faute de preuves indéniables voir son bourreau mis hors de cause.

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,877FansLike
131FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES