spot_imgspot_img

Gabon : Les journalistes se forment aux droits de l’Homme

Le Centre des Nations Unies pour les Droits de l’Homme et la démocratie en Afrique centrale a organisé le 8 octobre à Libreville, à l’intention des journalistes gabonais, un atelier de formation sur les droits de l’Homme. Ces travaux axés sur l’éthique et la déontologie pour mieux faire respecter les droits humains, étaient également destinés à préparer la campagne médiatique de la célébration des 60 ans de la déclaration universelle des droits de l’Homme en décembre prochain.

C’est la représentante du Centre des Nations Unies pour les Droits de l’Homme et la démocratie en Afrique centrale, Marie Evelyne Petrus Barry, qui a ouvert l’atelier de formation des journalistes gabonais aux droits de l’Homme qui s’est déroulé le 8 octobre dernier à l’hôtel Laico Okoumé Palace de Libreville.

L’objectif de l’atelier était de sensibiliser les journalistes sur les questions des droits de l’Homme et de les préparer à la célébration du 60e anniversaire de la déclaration universelle des droits de l’Homme le 10 décembre prochain.

«Nous sommes submergés ou enveloppés par l’information qui a aujourd’hui un rôle et une valeur stratégique et politique. Le journaliste est, de fait, un dépositaire du droit de la parole du citoyen. La presse reste le thermomètre des changements démocratiques, et peut, si pratiquée dans le respect de la responsabilité journalistique et la jouissance de son droit à l’information du grand public, concourir à l’émergence du développement d’institutions justes et représentatives, qui, elles mêmes, contribuent à l’instauration d’une culture de paix et d’un état de droit», a déclaré madame Petrus Barry dans son discours d’ouverture.

Dans la première partie des travaux, les participants ont mené une réflexion sur l’éthique et la déontologie de la profession afin d’identifier les règles essentiels qui doivent guider l’action du journaliste dans son travail quotidien. Cette réflexion a permis aux participants non seulement de cerner les contours de ces règles de base de la profession mais également d’identifier les difficultés de leur application pratique dans la promotion des droits de l’Homme et de proposer des solutions appropriées.

Dans la seconde partie, les participants ont examiné le rôle des médias dans la promotion et la protection des droits de l’Homme, à travers l’approche «droits de l’Homme dans les reportages». Pour y parvenir, il a été recommandé aux journalistes d’intégrer les droits de l’Homme dans leurs reportages ; de se considérer comme un acteur important dans la promotion de ces droits et surtout de ne pas se positionner du côté de ceux qui les violent.

Pour tendre vers la réalisation de ces objectifs, le journaliste se doit de maîtriser les normes internationales et les cadres juridiques en matière des droits de l’Homme, de comprendre les instruments internationaux comme régionaux des protections des droits de l’Homme afin de mieux les faire respecter.

Enfin, les participants ont planifié une série de manifestations dans le cadre de la campagne lancée au début de l’année par le secrétaire général des Nations Unies autour du thème «Dignité et justice pour tous», qui sera couronnée par la célébration le 10 décembre prochain du 60e anniversaire de la célébration de déclaration universelle des droits de l’Homme. Pour coordonner l’organisation de ces différentes manifestations, les participants ont élu monsieur Christian Augé, de la RTG 2, comme point focal du Centre des Nations Unies pour les Droits de l’Homme et la démocratie en Afrique centrale, qui sera secondé par monsieur Nang Bekalé, de l’Agence gabonaise de presse et monsieur Bakenda, de la RTG 1.

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,877FansLike
131FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES