Gabon : Ngari veut mettre un terme à la psychose sur les lépreux

A l’occasion de la 56e Journée mondiale des lépreux, placée cette année sous la bannière du slogan : «la lèpre ne tue pas», le ministre de la Santé, le général Idriss Ngari, a annoncé le lancement d’un programme de sensibilisation pour le traitement non discriminatoire des malades de la lèpre et pour mettre un terme à la psychose qui touche la population à propos de cette maladie et fait souffrir davantage ceux qui en sont atteints. «La lèpre ne tue pas», c’est sous ce thème que le Gabon a célébré le 25 janvier dernier la 56e Journée mondiale des lépreux, destinée à sensibiliser les populations et les malades sur les caractéristiques pathologies de cette maladie et des possibilités de traitement qui existent aujourd’hui pour la guérir.

A cette occasion, le nouveau ministre de la Santé, le général Idriss Ngari, a énoncé les enjeux de cette journée pour la santé publique.

«Cette journée est une occasion privilégiée pour obtenir, à partir de la sensibilisation réalisée, que les malades soient soignés comme tous les autres malades en respectant leur dignité et leur liberté d’Homme», a déclaré le général Idriss Ngari.

Il s’agit «d’autre part que les biens portants soient guéris de la peur absurde et parfois criminelle qu’ils ont de la lèpre et de ceux qui en sont atteints», a poursuivi le ministre de la Santé.

«En effet, bien que depuis 1981, la généralisation des protocoles de traitements combinés de la poly chimiothérapie permettent d’obtenir la guérison de toutes les formes de lèpre, en moins d’un an la lèpre existe encore dans l’organisme d’un lépreux», a expliqué le ministre.

«La poly chimiothérapie a permis de guérir 14 millions de malades à travers le monde, mais malgré tout, la lèpre frappe une personne toutes les deux minutes, et une fois sur dix c’est un enfant qui est touché», a ajouté monsieur Ngari.

Concernant le cas du Gabon, le ministre Ngari a relevé les insuffisances constatées quant au dépistage et au traitement des malades qui permet à cette pathologie de persister sur le territoire national.

«Au Gabon, les dernières statistiques disponibles font état de 27 nouveaux cas de lèpres mis sur poly chimiothérapie durant l’année. Le dépistage demeure non exhaustif et tardif. Les retards de diagnostics sont responsables de la persistance de la transmission de microbe dans nos populations, ce qui est grave du point de vue de la santé publique», a conclu le ministre de la Santé.
La lèpre, due à un bacille, le Mycobacterium leprae, est une maladie peu contagieuse mais favorisée par la misère et le manque d’hygiène. En 15 ans, la lèpre a été éliminée dans 98 pays mais reste endémique dans plus de 60 pays du monde. Aujourd’hui, il y a plus de 1,5 millions de lépreux déclarés dans le monde et plus de 254 000 nouveaux cas recensés en 2007, dont 24 000 enfants de moins de 14 ans.
L’apparition de tâches insensibles sur la peau est le premier symptôme visible de la maladie. Les nerfs, les muqueuses et les yeux sont ensuite attaqués, les lésions s’amplifient, et la perte progressive de sensation des membres entraîne des handicaps importants.
Depuis 1981, un traitement efficace, une poly chimiothérapie associant trois antibiotiques, permet de tuer le bacille et de stopper la contagion. Mais plusieurs millions de malades, traités trop tard, gardent des séquelles.

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles apparentés

Explosions à Beyrouth: la diaspora libanaise en Afrique sous le choc

L'émotion est forte, à travers le monde, après les explosions qui se sont produites mardi soir à Beyrouth, au Liban. Sur le continent africain,...

Coronavirus : plus de 1 000 nouveaux cas en France en 24 heures

Le virus continue de circuler dans le pays. Le nombre de patients placés en réanimation augmente à nouveau. L'épidémie de coronavirus continue de progresser en...

CGE : le mandat du bureau actuel a été prorogé

La décision rendue par la Cour constitutionnelle le 15 juin dernier devrait vraisemblablement mettre un terme à un débat qui a cours, en ce...

Ping, Mayila et la réconciliation nationale : Mystification politicienne

En se gardant d’analyser les aspects pratiques, les leaders de la Coalition pour la nouvelle République (CNR) et de l’Union pour la nouvelle République...

Confinement : Le secteur informel dans la tourmente

Les mesures de confinement prises par le gouvernement pour lutter contre la propagation du Covid-19 ont sérieusement impacté de nombreux secteurs dont les services....

Gabon : Pizolub durement frappée par la crise

La société Pizolub est dans la tourmente. Depuis trois mois, la production est à l’arrêt tandis que les salaires sont impayés. Une situation à...

Suivez-nous!

1,336FansLike
124FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES

Explosions à Beyrouth: la diaspora libanaise en Afrique sous le choc

L'émotion est forte, à travers le monde, après les explosions qui se sont produites mardi soir à Beyrouth, au Liban. Sur le continent africain,...

Coronavirus : plus de 1 000 nouveaux cas en France en 24 heures

Le virus continue de circuler dans le pays. Le nombre de patients placés en réanimation augmente à nouveau. L'épidémie de coronavirus continue de progresser en...

CGE : le mandat du bureau actuel a été prorogé

La décision rendue par la Cour constitutionnelle le 15 juin dernier devrait vraisemblablement mettre un terme à un débat qui a cours, en ce...

Ping, Mayila et la réconciliation nationale : Mystification politicienne

En se gardant d’analyser les aspects pratiques, les leaders de la Coalition pour la nouvelle République (CNR) et de l’Union pour la nouvelle République...

Confinement : Le secteur informel dans la tourmente

Les mesures de confinement prises par le gouvernement pour lutter contre la propagation du Covid-19 ont sérieusement impacté de nombreux secteurs dont les services....