spot_imgspot_img

Gabon : Le SENA s’ouvre à l’international

Le Syndicat de l’Education nationale (SENA) a procédé le 10 avril dernier à son siège de La Peyrie, à Libreville, à la signature d’un important accord de coopération avec des syndicats finlandais et français pour le renforcement des capacités de la structure syndicale face aux impératifs d’amélioration du système éducatif gabonais. Cet accord triennal 2009-2011 doit permettre aux membres du SENA de s’enrichir de l’expérience de ces deux exemples européens en tant que partenaires sociaux, et de structurer leur action grâce aux fonds de soutien qui leur seront versés.

La grève record du secteur de l’éducation au premier semestre de l’année académique 2008-2009 a sans doute mis en lumière la portée de l’action syndicale pour l’évolution des institutions publiques du pays.

Afin de renforcer ses capacités de gestion et ses moyens d’actions, le Syndicat de l’Education nationale (SENA) a signé le 10 avril dernier à son siège de La Peyrie, à Libreville, un accord de coopération avec deux syndicats européens, l’Opetuselan ammatti jarjesto (OAJ) de Finlande, et l’Union nationale des syndicats autonomes de l’éducation (UNSAE) de France.

Cette convention doit mettre sur pied un programme triennal 2009-2011 de renforcement des capacités du SENA, à travers la formation de ses membres aux techniques de gestion interne, au lobbying national et au rôle des partenaires sociaux pour l’amélioration des services publics.

La secrétaire nationale de l’UNSAE chargée des relations internationales, Agnès Breda, a expliqué que cette convention doit également permettre de «conforter cette structure [le SENA] dans sa position de leader du pays, en tant que syndicat démocratique, libre et indépendant qui pratique une gestion transparente avec ses adhérents qui contribuent régulièrement à son bon fonctionnement».

L’expérience des deux structures occidentales devrait permettre au SENA d’apporter les modifications nécessaires à un meilleur fonctionnement, notamment sur la manière de collecter les fonds auprès des membres actifs ou encore sur la formation des militants de base, des délégués et des responsables.

«Le dialogue doit être ouvert et permanent entre les trois structures signataires», a estimé le secrétaire international de l’AOJ, Ritva Semi, expliquant que l’accord prévoit la communication au SENA des rapports d’activités annuelles des deux syndicats européens.

«Dans les rapports financiers doivent figurer tous les reçus en copie originale, de même que les listes des participants aux séminaires et ateliers. Car le SENA doit agir en toute transparence avec l’OAJ et l’UNSAE», a précisé le secrétaire général du SENA, Fridolin Mvé Messa.

Pour permettre au SENA de développer ses activités et de mettre en œuvre les techniques issues de leur coopération, les syndicats européens se sont enfin engagés à fournir des fonds de fonctionnement de 33,4 millions de francs CFA de mai 2009 à mai 2011.

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,877FansLike
130FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES