spot_imgspot_img

Gabon-USA : La diplomatie gabonaise fièrement honorée

Le président gabonais, Ali Bongo Ondimba, qui a regagné Libreville mercredi en début de soirée, a exprimé son entière satisfaction après les entretiens qu’il a eus avec le secrétaire d’Etat américain Hilary Clinton, le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki Moon, les représentants permanents des cinq grands du Conseil de sécurité, et son passage devant l’Institut international de paix à New York.

Cette satisfaction exprimée par le chef de l’Etat gabonais devant la presse nationale qui l’interrogeait à son arrivée au salon d’honneur de l’aéroport International Léon Mba, est la résultante des entretiens cumulés qu’il a eus à Washington au département d’Etat avec la secrétaire d’Etat américain, Hilary Clinton, à New York avec le secrétaire général de l’organisation onusienne, Ban Ki Moon, les représentants permanents des cinq membres permanents du Conseil de sécurité (Etats-Unis, France, Chine, Russie, Royaume Uni), son intervention devant le prestigieux institut international de la paix, ainsi que la rencontre avec les membres du Congrès mondial Juif à New-York.

Pour Ali Bongo Ondimba, le Gabon a réitéré son ambition de conduire son mandat à la tête du Conseil de sécurité sous le signe de la recherche de la paix par le dialogue et la concertation permanente.

Notre pays fonde effectivement son ambition au vu de la parfaite identité de vue sur les grands sujets de l’heure, notamment sur les questions africaines et internationale avec ses hôtes. Avec Mme Clinton, dont s’était la première rencontre, la chef de la diplomatie américaine n’a pas manqué de réaffirmer le soutien du gouvernement américain sur le programme de réformes que le président gabonais a entrepris au Gabon. Celui-ci devant permettre ‘’d’asseoir une politique de bonne gouvernance, la consolidation de l’Etat de droit et de la diversification de notre économie’’, a rappelé Ali Bongo Ondimba.

A la suite des rencontres avec les représentants permanents de cinq pays membres permanents du Conseil de sécurité, les Etats-Unis, la France, la Chine, la Russie, le Royaume Uni, au cours desquelles le tour d’horizon de l’agenda de l’organe central de l’ONU a été abordé, l’entretien avec le patron de l’ONU, Ban Ki Moon, lui a permis de réitérer le ferme engagement du Gabon en faveur de la promotion de l’idéal de paix des Nations Unies, et le dialogue entre les peuples pour prévenir les crises, sources de conflits.

Le chef de l’Exécutif gabonais qui aura séduit le monde diplomatique onusien à New York, puisque nombreux d’entre- eux n’ont pas d’ailleurs manqué d’exprimer leur fierté au regard de la prestation du jeune chef d’Etat et de la densité de son propos. Bongo Ondimba n’a pas, en revanche, hésité de réaffirmer l’entière collaboration de notre pays à travailler avec le Conseil de sécurité et l’Assemblée générale au cours de son mandat de deux ans (2010-2011). Sa rencontre avec Ali Triki, président de l’instance de délibération de l’ONU, s’inscrit dans le droit fil de cette orientation.

Face aux membres de l’Institut international de la paix (IPI), le président Ali Bongo Ondimba a fait une sortie très remarquée et saluée par l’auditoire ayant suivi la communication qu’il a faite sur la thématique d’actualité de la prévention des conflits : nécessité d’une stratégie globale du Conseil de sécurité. Un moment tout aussi important de sa visite à l’ONU, d’autant qu’il a pu débattre, lors de l’exercice de questions-réponses, de divers aspects, implications, des enjeux pour l’ONU de disposer d’un organe de prévention des conflits pour lutter efficacement contre toutes sortes de menaces à la paix et la sécurité internationales. (Nous y reviendrons).

Si les questions diplomatiques internationales et d’actualité de l’heure ont constitué la trame de ses discussions avec ses différents hôtes, il reste que le président gabonais a aussi placé son séjour sous le sceau de l’économie, plus particulièrement du développement de notre pays. La rencontre avec le Congrès juif mondial que préside Jacques Rosen, lui a donné l’opportunité d’échanger avec les hommes d’affaires. Et surtout de présenter les potentialités gabonaises, ses atouts aussi bien structurels (cadre juridique attractif pour les investissements, etc.) que la stabilité dont jouit le Gabon.

Durant le dîner qui lui a été fort par cet important lobby, nombreux ont été les hommes d’affaires qui ont marqué leur disponibilité à examiner les opportunités d’investissements au Gabon pour participer au programme économique proposé par Ali Bongo Ondimba, qui ambitionne de faire du Gabon un pays émergent.

Rappelons que durant son séjour américain, le président de la République était accompagné de son épouse, Sylvia Bongo Ondimba, des ministres Paul Toungui (Affaires étrangères), Laure Gondjout (Communication), des membres de son Cabinet ( Patrice Otha (directeur de Cabinet), Maixant Accrombessi ( chef de Cabinet), Jean Yves Teale ( ambassadeur conseil spécial..).

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,877FansLike
132FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES