spot_imgspot_img

Le WCS reprend ses activités au Parc national des Monts Birougou à Mbigou

L’ONG américaine Wildlife conservation society (WCS) très active dans le domaine de la conservation de la nature, a repris lundi dernier ses activités au parc national des Monts Birougou à Mbigou dans la province de la Ngounié après plusieurs années d’interruption, rapporte mercredi l’AGP.

La reprise des activités du WCS en partenariat avec l’ONG locale Muyissi environnement a débuté par une campagne de sensibilisation dans les villages jouxtant le parc.

Cette campagne est menée par le nouveau chef de projet de cet organisme à Mbigou, Yves-Eric Moubangou Pangou.

Pour cette première mission, le chef de projet WCS qui s’est ainsi attaché les services de l’ONG Muyissi environnement installée à Mouila et de l’appui du Conservateur Daniel Arnaud Nzame a tenu à rappeler aux populations les multiples activités menées par WCS de 2004 jusqu’en 2008 dans ce parc.

Parmi ces activités, on note notamment les études socio-économique, la cartographie participative villageoise, la délimitation physique du parc, les inventaires de faune, le début de l’éducation environnementale et le lancement de la création des associations villageoises de conservation et de développement, a-t-il rappelé tout en regrettant le temps mort observé de 2008 à 2009.

« Nous allons reprendre nos activités avec la participation et l’implication de tout le monde », a ajouté le chef de projet WCS.

La sensibilisation a porté sur la présentation du parc des Monts Birougou et son enjeu. Situé au sud Gabon, dans le massif du Chaillu, le parc des Monts Birougou est à cheval entre les provinces de la Ngounié et l’Ogooué Lolo et frontalier au Congo-Brazzaville.
Crée le 30 août 2002 à l’instar des 12 autres parcs nationaux du Gabon, les Monts Birougou forment le toit du massif du Chaillu et constitue un refuge forestier avec les montagnes les plus élevées qui permettent de réguler les écoulements des fleuves dont dépendent de nombreuses populations en aval.

C’est un véritable « château d’eau » d’une bonne partie du réseau hydrographique du Gabon dont le fleuve Nyanga, la Ngounié, l’Ofoué, la Lolo, l’Onoye et le bassin du Niari, en territoire congolais.

Se basant sur les spécificités de ce parc, le président de Muyissi environnement, Ladislas Ndembet a appelé les populations des villages Kambamongo et de Dienga à s’approprier du concept de conservation qui visent dans un premier temps à la gestion durable de nos ressources qui doivent profiter aux générations futures.

Aussi a-t-il insisté sur le second aspect lié au développement communautaire, celui de la création d’activités génératrice de revenus autour de la conservation, « au tour du parc national des Monts Birougou ».

« Le parc ne doit pas être considéré comme une affaire de l’Etat seul mais, à nous tous. Certes cette forêt et les animaux qui y sont doivent bénéficier à nos enfants et petits enfants mais, nous aussi devons profiter de cette richesse », a-t-il dit.

La structuration du tissu associatif, second thème de cette campagne de sensibilisation a été indiqué comme l’une des solutions pour profiter de ce parc, jusque là vu comme une menace pour les populations avec l’interdiction qu’ils ont d’y entrer et d’y mener des activités. « C’est en vous regroupant que vous pouvez mettre en pratique des projets et bénéficier des fonds financiers mis à la disposition du parc », a-t-il renchérie.

M. Ndembet a demandé aux populations de créer des associations en leur montrant tout l’intérêt et en indiquant le cadre juridique conférée par la constitution. Afin de leur faciliter la tâche, une fiche fournissant les renseignements pour la constitution d’un dossier d’association au Gabon leur a été remise conformément aux recommandations du ministère de l’Intérieur.

Cela, a-t-il indiqué, devrait permettre aux populations de remplir les formalités administratives à l’origine de nombreux obstacles et découragement dans la mise en place des structures communautaires de développement, malgré les bonnes idées des hommes et des femmes vivant en zone rurale.

Une fois regroupé au sein d’un cadre de concertation, les populations auront la possibilité d’une part, de défendre leurs intérêts d’une seule voix et, d’autre part de mettre en place des projets socioéconomiques avec des financements profitable à l’ensemble de la communauté et non à un seul individu comme le souhaite de nombreux bailleur de fond internationaux a insisté le président de Muyissi tout comme le chef de projet WCS.

La campagne va se poursuivre toute la semaine dans les autres villages notamment à Lévinda, Baposso, Bolapessa, Mambonga et Mokindi dans le département de la Louétsi-Bibaka autre localité proche du parc des Monts Birougou.

Le but de cette mission est d’impliquer les populations locales dans la gestion des ressources naturelles et la protection du parc.

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,877FansLike
129FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES