spot_imgspot_img

La rentrée scolaire administrative pour l’année académique 2010-2011 à l’AFOP

La rentrée administrative pour l’année scolaire 2010-2011 au projet d’Appui à la Formation Professionnelle (AFOP) basé dans les locaux du Centre de Formation de Perfectionnement Professionnel (CFPP) de Nkembo (2ème arrondissement de la commune de Libreville), effective depuis lundi (hier),rime également avec la fin des inscriptions.

Désormais projetés sur le début de la formation fixée au 4 octobre prochain, le corps administratif de l’AFOP, pris d’assaut par des jeunes déscolarisés, a mis cette journée à profit pour boucler la phase de recensement des apprenants préalablement identifiés ainsi que des nouvelles inscriptions ouvertes depuis plusieurs jours dans les sept (7) CFPP du pays ( Libreville, Franceville, Koula-Moutou, Makokou, Oyem, Tchibanga et Port-Gentil).

L’AFOP est un projet du gouvernement gabonais financé par la Commission Européenne s’inscrivant dans le prolongement d’un premier programme dénommé « Soutien à l’Education de base », soutenu entre 2002 et 2006, par le 9ème Fonds Européen de Développement (FED).

Il vise à offrir des formations gratuites qualifiantes et courtes aux métiers du bois, du bâtiment et en travaux publics à des jeunes déscolarisés de niveau CM2 et la classe de 3ème dont la tranche d’âge varie entre 15 et 25ans des deux sexes (garçons et filles) ; une porte de piste de sortie pour lutter contre la délinquance juvénile, la pauvreté et l’oisiveté chez les jeunes de cette tranche d’âge souvent exposée.

La formation porte sur treize (13) secteurs : bétonnier, briquetier- maçon, carreleur, coffreur, ferrailleur, plombier, peintre- bâtiment, électricien- bâtiment, menuisier- bâtiment, vernisseur, charpentier , couvreur et mécanicien- affuteur.

L’autre secteur, opérationnel depuis la mise sur rail du projet (volet réservé à l’appui institutionnel et à l’approche pilote) concerne la composante agricole. Celui-ci est délégué à l’Institut Gabonais d’Appui au Développement (IGAD).

Lancé depuis 2008, ce projet rentre cette année dans sa phase pratique avec près de 600 postes disponibles à travers le pays et repartis de la façon suivante : Libreville (Nkembo, 195), Franceville (105), Koulamoutou (45), Tchibanga (105), Port-Gentil (30), Oyem (75), Makokou (45).

Le nombre de postes proposés aux stagiaires correspond aux places disponibles. Les métiers sont sanctionnés par une attestation de qualification à la fin de la formation qui se déroule en alternance dans les entreprises.

Lors d’une interview accordé à GABONEWS, Albert Nanga (chef du projet) avait déclaré (ndlr) que « Dans cette perspective, on ne parle pas de former de manière usuelle comme on le fait d’habitude. Ici, après avoir identifié les jeunes à la recherche d’une formation, nous devons aussi procéder à l’identification des entreprises potentiellement partenaires pour les recevoir à l’issue de leur formation », et que « la structure que je dirige réfléchit aussi sur l’éventuel soutien en matériel ou financier indirect à apporter aux jeunes désireux d’embrasser le monde de l’emploi ».

Le programme durera 48 mois sanctionné par une mise en œuvre opérationnelle est fixée au 30 avril 2011 tandis que la fin de la période d’exécution de la convention de financement interviendra en avril 2013.

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,877FansLike
129FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES