spot_imgspot_img

Ali Bongo Ondimba à la deuxième réunion du Conseil national climat appelle à rattraper le « temps perdu »

Le chef de l’Etat gabonais, Ali Bongo Ondimba, a présidé ce mercredi au palais de la présidence la deuxième réunion du Conseil national climat élargi cette fois à tous les départements ministériels et en présence des partenaires au développement avant d’appeler à la mutualisation des efforts pour « rattraper le temps perdu » dans l’intégration accrue des problématiques concernant les changements climatiques dans son projet de société, a-t-on constate.

« J’attends d’ici le mois de décembre 2011, que notre plan Climat soit valide, parce que nous devons être prêts pour la conférence de Durban (Afrique du Sud) qui aura lieu en décembre 2011 », a déclaré le président Ali Bongo Ondimba après avoir constat » le retard dans l’élaboration de la stratégie nationale de lutte contre les changements climatiques.

D’ou le souhait exprimé par le numéro un gabonais de l’implication de plusieurs acteurs dont ceux des secteurs publics et prives, les partenaires au développement et la société civile afin d’ « apprendre et savoir travailler ensemble pour davantage d’efficacité ».

La formulation du Plan climat- qui vise la réduction des émissions de gaz à effets de serre- devait permettre au Gabon, a-t-il souligné, de « bâtir des infrastructures de qualité et à faible impact sur l’environnement, et de produire de l’électricité propre, pour assurer le confort à tous les citoyens comme je me suis engagé ».

Pour la réussite de ce « vaste programme utile au développement du Gabon et nécessaire a la préservation de la planète, Libreville peut compter sur l’appui du Brésil, de la France et des Etats-Unis d’Amérique qui ont fait le choix de s’engager dans un  »projet cohérent » en y injectant des moyens humains, technologiques et financiers.

La matérialisation de cette mutualisation des efforts sera la mise en place d’un Observatoire de surveillance par satellite notamment des forets et du littoral (800km) situé à Nkok, localité à moins d’une trentaine de kilomètres de Libreville.

La première réunion du Conseil national sur les changements climatiques – qui compte une douzaine de membres- s’est tenue en mai 2010 au lendemain de sa création par le chef de l’Etat en avril de la même année.

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,877FansLike
131FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES