spot_imgspot_img

« En venant d’Abidjan, on ne peut que saluer la sagesse des dirigeants et du peuple gabonais », François Fillon, Premier ministre Français

Lors de sa visite officielle à Libreville (16-17 juillet 2011), le chef du gouvernement français, François Fillon, qui a devisé avec le président de la République gabonaise Ali Bongo Ondimba, s’est adressé aux Français du Gabon dans une allocution qui fait le tour des relations stratégiques entre le Gabon et son pays, mais aussi, il qui a salue « la sagesse des dirigeants et du peuple gabonais qui ont su maintenir leur pays dans la paix et aujourd’hui dans le progrès ».
Cette visite du premier ministre français au Gabon, comme tous se sont accordés à dire, entendait renforcer le partenariat stratégique entre les deux peuples en vue de décomplexer les relations et surtout de favoriser le principe de ‘’gagnant-gagnant’’.
Dès lors, a déclaré le chef du gouvernement français: « Ma venue au Gabon s’inscrit dans le cadre du partenariat stratégique qui a été signé entre le président Sarkozy et le président Bongo, le 24 février 2010. Ce partenariat est venu renouveler la relation ancienne qui unit la France et le Gabon; une relation où il ne faut pas occulter le poids de l’histoire, les aspects sombres de la colonisation; une relation cimentée aussi par des souvenirs glorieux, et je veux en particulier évoquer la part prise par Libreville dès 1940, dans le combat des forces qui avaient rejoint le Général de Gaulle; une relation qui est aujourd’hui faite de confiance réciproque, d’amitié et d’estime ».
En outre, a-t-il mentionnée, « Ce partenariat, il a d’abord une dimension politique. Il renforce une coopération d’autant plus importante que le Gabon est en ce moment membre du Conseil de Sécurité et qu’il exerce des responsabilités régionales importantes comme Etat du siège de la Communauté des Etats d’Afrique Centrale. Ce partenariat a aussi une dimension militaire, avec la signature d’un nouvel accord de défense, que nous avons placé sous le signe de la transparence pour couper court à tous les reproches d’ingérence qui ont trop souvent été émis à l’encontre de notre engagement en Afrique ».
Revenant sur le Gabon notamment sur l’action jouée par sa diplomatie impulsée par le chef de l’Etat, Ali Bongo Ondimba, au Conseil de Sécurité des Nations Unies, concernant le dossier Côte d’Ivoire, Monsieur Fillon a déclaré : « Et, ainsi que je l’ai dit hier au Président Bongo, je veux redire à quel point, au Conseil de Sécurité des Nations unies, le Gabon nous a aidés lorsqu’il s’est agi de décider d’agir en Côte d’Ivoire, en représentant le point de vue de l’Afrique, en conseillant les uns et les autres, et en prenant le moment venu malgré toutes les difficultés ses responsabilités ».
En se rendant auprès de ses compatriotes (12.000) du Gabon, François Fillon tenait également à leur présenter la marque d’attention que le gouvernement français leur porte ainsi qu’aux services qui doivent leur être offerts pour les soutenir dans leurs activités quotidiennes.
Enfin, il a relevé qu’il était « temps de faire en sorte que notre pays (La France) s’inscrive pleinement dans le XXIe siècle qui commence et qui est marqué par des changements profonds, par des bouleversements. Je suis convaincu que malgré les crispations, malgré les inquiétudes, notre action apparaîtra de plus en plus, avec le recul du temps, comme une période de transformations au plan intérieur, mais aussi comme une période de prise de responsabilité sur la scène internationale ».

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,865FansLike
129FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES