spot_imgspot_img

Des ripoux au sein de la police

Après avoir été saisis par leurs collègues de la police judiciaire, des policiers « ripoux » ont été présentés devant leurs collègues et les supérieurs de la police à l’occasion de la levée des couleurs comme il est de tradition tous les lundis et vendredis avant de les révoquer des rangs de la Police Nationale.

Ce nouveau coup des agents de la Police Nationale vient remettre au goût du jour l’inquiétude qui fût celle de l’opinion nationale au moment du recrutement massif au sein des forces de l’ordre et de défense il y a deux ans.

Quatre jeunes agents ont été rattrapés par leurs frères d’armes de la Police Judiciaire alors qu’ils procédaient à un braquage à mains armées au quartier Nzeng Ayong dans la nuit de jeudi à vendredi après avoir effectué un parfait repérage le jeudi matin.

Pris en flagrant délit de vol, les quatre agents doivent la fin de leur carrière au sein de la police à la vigilance salvatrice des voisins de la victime du forfait qui n’ont pas hésité à prévenir la PJ.

C’est ainsi que, sans avoir eu l’occasion d’emporter quoi que ce soit, les Gardiens de la Paix Berdrig Stephen Moussavou (22 ans), Dilane Nze Nkoghe (21 ans), Salatou Ovono (21 ans), tous trois de la Brigade Cynophile (brigade canine) et enfin Wilfried Ovono Elibiyo (24 ans) en poste au moment du braquage à la Brigade de la PJ ont été appréhendés. Quelle a été d’ailleurs la surprise de ses collègues quand ils ont surpris le dernier sur les lieux de l’action.

Les quatre éléments ont été accompagnés et étaient attendus sur les lieux du braquage par Ngatima Olemi, chauffeur de véhicule à usage de transport périurbain (clando).

Ce vendredi, au moment de la levée des couleurs au Commandement en Chef de la Police, ils ont été présentés à leurs collègues et à la presse. Après avoir cité nommément les accusés, le général Mistoul a indiqué qu’il ne peut pas « être derrière les policiers mais nous laissons chaque policier devant sa conscience […] malheureusement, malgré tous les conseils que nous vous prodiguons, certains ne comprennent pas ». L’heure est désormais à l’ordre et la Police Nationale très souvent galvaudée veut à travers cet acte redoré le blason de ces effectifs en mettant fin au grand banditisme qui règne au sein de ses effectifs. Le commandant en chef à clairement exprimer son mécontentement. « Je ne protège pas les ripoux » a-t-il affirmé. Les quatre agents « ripoux » vont payer les frais de leur goût du risque avec une révocation définitive des rangs de la Police Nationale, perdant ainsi ce qui aurait pu être leur source de revenus pour la vie sans compter qu’ils vont être présentés au parquet avec à la clef un séjour en prison.

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,877FansLike
131FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES