spot_imgspot_img

Pas de vols Air France sur Bangui avant fin janvier

La compagnie aérienne Air France, qui dessert la capitale de la Centrafrique (RCA), Bangui, une fois par semaine, ne devrait pas y atterrir avant la fin du mois de janvier 2013. La pression des rebelles du Séléka aux portes de Bangui, les manifestations des Centrafricains devant l’ambassade de France pour protester contre la passivité de la France, en sont les principaux déterminismes.
© D.R.
Au regard de la tension persistance en RCA, notamment avec l’ambition de la rébellion d’investir Damara, dernière ville avant Bangui, un article publié sur le site air-journal.fr indique que «La compagne aérienne Air France ne reprendra pas son vol hebdomadaire entre Paris et Bangui avant la fin du mois, en raison de la tension en République Centrafricaine».

A Bangui, le 26 décembre 2012 en effet, des projectiles avaient été lancés par des Centrafricains sur l’ambassade de France, après un sit-in devant la représentation diplomatique des États-Unis, dans le but de dénoncer la passivité de l’ancienne puissance coloniale devant l’avancée des troupes rebelles. Face à l’accélération de ces événements, Air France avait déjà commis un communiqué pour annoncer le «détournement» de ses vols devant rallier Bangui.

«Après avoir fait faire demi-tour le 26 décembre 2012 au vol AF780 reliant l’aéroport de Paris-Charles de Gaulle à la capitale centrafricaine, suite à des manifestations violentes devant l’ambassade de France, la compagnie a décidé d’attendre jusqu’au 30 janvier 2013 au plus tôt pour reprendre sa rotation hebdomadaire. La situation reste très tendue à Bangui, les rebelles du Séleka menaçant de s’emparer de la ville de Damara, considérée comme le dernier bastion des forces gouvernementales sur la route de la capitale», indique une nouvelle note rendant publique la suspension des vols sur Bangui.

Si des renforts des pays voisins ont été envoyés à Bangui pour porter main forte aux forces armées centrafricaines, il est tout de même à noter que certains pays comme le Gabon et le Tchad et même les États-Unis ont déjà évacué leurs ressortissants non nécessaires dans ce pays. Toutes choses qui laissent présager que les négociations sont loin d’apporter les solutions attendues par toutes les parties.

Les rebelles du Séléka, qui menaçaient encore de marcher sur la capitale, Bangui, se disaient prêts, le 3 janvier 2013, à suspendre leur offensive, pour participer à des pourparlers qui devraient se dérouler à Libreville, sans cesser d’exiger le départ du président, François Bozizé. «J’ai demandé à nos forces de ne pas bouger de leurs positions à partir d’aujourd’hui parce que nous voulons participer aux discussions de Libreville pour trouver une solution politique», avait affirmé Éric Massi, un porte-parole de la rébellion, à l’agence Reuters.

En temps normal, Air France opère un Airbus A330-200 entre Paris et Bangui départ tous les mercredis à 10h55 et le retour le jour suivant à 7h10.

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,877FansLike
132FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES